Iran : La poésie comme langage politique 

Julie Torterolo - 17.07.2015

Edition - International - Accords de Vienne - Javad Zarif - Poésie iranienne


Une dizaine de jours avant que l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien soit conclu le 14 juillet dernier, le ministre des Affaires étrangères iranien, Javad Zarif, s’exprime dans une vidéo (disponible ci-dessous, à partir de 3,33 minutes pour les plus curieux) ne manquant pas de citer le poète iranien de 11e siècle, Hakim Abolghasem Ferdowsi. Les vers « Be relentless in striving for the cause of good.Bring the Spring you must. Banish the winter you should » (« Soyez sans relâche dans la lutte pour la cause du bien. Amenez le printemps, vous devez. Bannissez l’hiver, vous devriez ») viennent conclure le discours du ministre. 

 

Iran poésie langage politique

(Arash Razzagh Karimi, CC BY-NC-ND 2.0)

 

 

Selon Melville House, cette prose inspirante aurait été soufflée à l’homme politique par sa femme, Maryam Imanieh. Un amour des mots que l’on retrouve également sur la page Facebook du ministre. L’attrait de la poésie n’est néanmoins pas propre au couple. Selon The New Yorker, « pas une seule maison ne contiendrait pas au minimum un livre de poèmes » en Iran. 

 

La référence poétique de Javad Zarif n’aurait ainsi rien d’anecdotique. « Dans les profondeurs de ces lignes, les Iraniens entendent les échos de leurs individus historiques », écrit le NewYorker dans son article entièrement dédié à la politique et la poésie en Iran. 

 

Les grandes figures de l’Iran sont en effet souvent empreintes du monde de la poésie. Par exemple, Ali Khamenei ayatollah et dénommé comme « le guide suprême de la Révolution islamique » serait un poète amateur lui-même. Il organise annuellement un rassemblement des grands poètes iraniens afin de discuter des mouvances actuelles et la direction de la « licence artistique ». Selon Melville House, Ali Khamenei aurait appelé les artistes à se reconcentrer sur « des thèmes essentiels » et les conflits internationaux du moment comme « au Yemen, à Bahrain, au Liban, à Gaza, en Palestine, et en Syrie ». 

 

Les poètes et artistes iraniens ne cessent d’écrire leur crainte du libéralisme occidental et de l’aliénation qu'il peut avoir. Bien que beaucoup dans le pays se réjouissent de l’Accord nucléaire, l’angoisse est toujours bien présente. The New Yorker a donné pour illustration l’inquiétude qu’a suscité une photo, qui a circulé, représentant un jeune iranien portant un t-shit avec marqué Brooklyn sur la poitrine.

 


Pour approfondir

Editeur : Editions De La Boetie
Genre : histoire faits...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782368650035

100 questions sur l'Iran

de Mohammad-Reza Djalili, Thierry Kellner

Pourquoi l'Iran n'a-t-il jamais été arabisé ? La prostitution existe-t-elle en Iran ? L'homosexualité est-elle admise ? Qui détient vraiment le pouvoir ? Quel est le rôle exact des Gardiens de la Révolution ? Quel but poursuit Ahmenidjad ? Pourquoi l'Iran n'est-il pas soutenu au Conseil de Sécurité par la Chine et la Russie ? l'Iran et Israël sont-ils des ennemis irréconciliables ? L'Iran peut-il bloquer le détroit d'Ormuz.

J'achète ce livre grand format à 12.50 €