medias

Le monde selon Amazon ? Le journaliste Benoit Berthelot a mené l'enquête

Clara Vincent - 27.02.2020

Edition - Société - enquête journalistique Amazon - Jeff Bezos firme - géant e-commerce pratiques


Dans son ouvrage intitulé Le monde selon Amazon, publié aux éditions du Cherche midi en septembre 2019, le journaliste Benoit Berthelot s’est penché sur les pratiques du géant de l’e-commerce pendant trois ans. Il en tire un tableau aussi sombre qu'inquiétant. 
 

C'est en étant invité en tant que journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies à diverses conférences de presse organisées par Amazon pour communiquer sur ses diverses innovations, que Benoit Berthelot, journaliste pour le magazine Capital, a été amené à s'intéresser plus avant sur le fonctionnement de la firme.   

A partir des témoignages d'environ 150 salariés et d'accès à des documents confidentiels, il en vient, au fil de son travail d'investigation, à dessiner un « portrait d’un empire tentaculaire et hors de contrôle, un projet de société vertigineux  », pour reprendre ses propres mots, énoncés dans une interview accordée à Actu.fr, alors qu'il était de passage à Rouen.

Retranscrite dans un livre, intitulé Le monde selon Amazon, l'enquête du journaliste revient sur l’implantation progressive de la firme de Jeff Bezos en France et sur ses répercussions sur le territoire. 

Entre optimisation fiscale, impact environnemental, affaiblissement des petits commerces, mauvaises conditions de travail, robotisation de l'emploi, les incriminations du journaliste à l'endroit du géant américain sont nombreuses. 

Si à ce jour, 23 sites d’Amazon parsèment le territoire hexagonal, « au regard de la vitesse à laquelle Amazon se développe, on peut s’attendre à de nouveaux sites en France », avance Benoit Berthelot.

Or, si cette implantation grandissante peut être synonyme d’emplois, le journaliste précise bien que les aspirations de la firme pourraient bien finir par se retourner contre les employés eux-même : « [...]  il faut savoir que l’objectif d’Amazon est de créer des entrepôts totalement robotisés dans les dix années à venir. En 2015, il y avait sept hommes pour un robot à Amazon. Aujourd’hui, c’est quatre hommes pour un robot. Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’hommes… »
 
D’autant que les bénéfices tirés par la société américaine ne sont pas forcément profitables aux territoires sur lesquels elle s'est implantée. De fait, outre de porter atteinte aux petits commerces et de contribuer ainsi à la désertification des centres-villes, le géant du e-commerce serait en effet  « champion l’optimisation fiscale », pour reprendre les mots de Benoit Berthelot, qui explique que « [...] les sièges qui sont présents en France ne génèrent que très peu de bénéfices. C’est le siège du Luxembourg qui récupère tout… ». 

Ajoutez à cela un fort impact environnemental, avec ses centres de data et la démultiplication de transports sur les routes pour garantir des livraisons toujours plus rapides, et le tableau est on ne peut plus sombre. 


Et Benoit Berthelot d’inviter non seulement les élus locaux à réfléchir à deux fois avant d’avaliser l’implantation d’une entreprise comme Amazon sur leur territoire, mais aussi de s’adresser à tout un chacun, qui en tant que consommateurs, sommes les premiers en mesure de remettre en question un tel système. 


Benoit Berthelot – Le monde selon Amazon – Cherche Midi – 9782749161853 – 18€


Commentaires
Les robots ne sont pas nécessairement programmés à l'argumentaire...Relisez donc l'oeuvre d'Asimov,de K.Dick...si ce n'est de Burroughs...Cordialement.
Mouais il dit rien de neuf, du recyclé pour vendre aux anti-Amazon, un anti qui écrit un livre anti...
Militons comme The Doctor (Kerblam!) pour des emplois humains mais le reste c'est du blabla souvent hypocrite.
On sait que le Amazon System est féroce et vénéneux, pur produit d'un capitalisme pestilentiel et galopant.



Se taire à ce sujet, pour ne pas ennuyer le lecteur par de possibles répétitions, est contreproductif. Au contraire, continuons d'écrire, protester bien haut et détester le géant inhumain et vorace. Et conservons l'ingénu espoir qu'il se débilite et cesse. C'est mieux que de rester assis, grincheux et se plaindre.
Vive les Robots cool smile ils sont pas une maladie comme les humains...
Juju,

un pseudo-lyrisme pédant et plus que larmoyant ne rend pas nécessairement justice à la réalité des faits...
Encore et toujours la même rengaine anti-Amazon,bien peu dialectique à vrai dire...Car, même si, dans le pire des cas,Amazon détruit des emplois et ruine le petit commerce par l'optimisation (sic!) vertigineuse de l'offre et des services,il n'en demeure pas moins que l'entreprise, en inaugurant la délocalisation et l'affranchissement de la territorialité ,ouvre de nouveaux espaces commerciaux à investir...Amazon,le poison et le remède ?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.