Le monopole du droit d'auteur en Europe, bientôt fini ?

Clément Solym - 05.08.2013

Edition - Justice - droit d'auteur - Parti pirate - Europe


Rick Falkvinge est le fondateur du Parti pirate suédois. Il vient de publier une longue analyse de l'état du copyright dans le monde, au travers de Torrent Freak. « Lorsque j'ai fondé le Parti pirate, avec l'intention de changer le paysage politique du monopole sur le droit d'auteur, je disais souvent aux journalistes que le plan était de changer la Suède, l'Europe et le monde entier - dans cet ordre. » Eh bien, en vérité, Rick vous le dit : les temps nouveaux sont proches.

 

 

 

 

Selon lui, le changement de régime dans ce qu'il appelle « le monopole du droit d'auteur dans le monde », viendra depuis le sein de l'Europe et de l'Union européenne. En effet, les États-Unis seraient « complètement dépendants » dans leur économie culturelle. 

 

Rick considère que l'Europe dispose de la plus grande économie au monde, légèrement supérieure à celle des États-Unis. Or, pour être efficaces, des sanctions commerciales ne peuvent s'exercer que sur des pays de taille inférieure - sur Cuba, par exemple. Mais impossible pour les USA de frapper l'Europe sans se tirer une balle dans le pied. 

 

Pour reprendre sa démarche et son cheminement, Rick rappelle que les lois et le renforcement des monopoles sur le droit d'auteur découlent de politiques nationales. En somme, un pays pourrait appliquer des modifications à sa législation, tout en bénéficiant des protections offertes par l'Union européenne. Voilà pourquoi il faut commencer par la Suède : le pays est tout à fait en mesure d'opérer des modifications dans ses lois sur le droit d'auteur, en ignorant les menaces de représailles qui seraient brandies. 

 

Cela pourrait être la même chose en Pologne ou en Allemagne, ou en France - à condition qu'il y ait une volonté politique de le faire. « Or, la Suède n'est pas un pays très intéressant en termes de poids politique. Il est juste censé être la preuve que l'idée est bonne, une première étape importante », souligne Rick. De là, l'ordre donné : Suède, Europe puis le monde. 

 

Depuis le 7 juin 2009, et l'avènement du Parti pirate, le mouvement a été largement suivi, à un rythme bien plus rapide que ce que Rick a envisagé. À ce jour, le parti pirate dispose de 2 des 20 sièges suédois du Parlement européen. Et justement, dans ce lieu de décision, les positions sont en train de changer, et le protectionniste monopolistique n'est plus la seule et unique valeur. Sachant que les pays de l'Ouest donnent le ton, en très grande partie, aux pays de l'Est, il ne faut pas oublier que ce sont ces mêmes pays qui ont promu leurs politiques sur le droit d'auteur. 

 

Remporter l'adhésion au Royaume-Uni, en France ou en Allemagne serait une nouvelle porte ouverte. Or, pour les élections de septembre prochain, le parti pirate aurait besoin de 5 % de voix pour parvenir à entamer l'édifice - on compte actuellement entre 3 et 4 % de voix. Une nouvelle voix qui entrerait dans l'arène pour faire valoir une autre vision du droit d'auteur. Et si l'Allemagne venait à basculer, fut-ce légèrement, c'est toute l'Europe qui viendrait avec elle. 

 

La bascule n'est donc pas loin, considère Rick...