Le New York Times règle ses comptes

Clément Solym - 13.10.2010

Edition - Economie - Carlos - Slim - publicité


Le milliardaire Carlos Slim, que le magazine Forbes a déclaré homme le plus riche du monde en 2010, avait aidé le New York Times a traverser la crise de 2009 grâce à un prêt au montant mirobolant.

Le prêt court jusqu'à 2015, à un taux d'intérêt incroyable de 14 %. Mais le quotidien a annoncé lundi vouloir payer en avance, d'ici 2012. On peut les comprendre.


Il faut dire que durant les deux dernières années, le quotidien a diminué l'importance de sa dette, de 670 milliards à 1,1 milliard de dollars. Selon le porte-parole du New York Times, Robert Christie, la compagnie va continuer à évaluer le prêt d'ici à 2012.

En juillet, le New York Times a déclaré un bénéfice, la première fois depuis 2007. Et ce grâce au numérique, domaine dans lequel les revenus de la publicité ont rattrapé le déclin de l'imprimé. Excepté la famille Sulzberger, Carlos Slim détient l'une des plus large part individuelles du New York Times.