medias

Le Nigéria lutte contre le piratage par le biais de l'éducation

Julien Helmlinger - 25.06.2013

Edition - International - Piratage - NIgéria - Education


Au Nigéria, où avaient été saisis l'an passé bon nombre de livres pirates, la Nigerian Copyright Commission (NCC) entend bien inculquer aux jeunes quelques notions en matière de droit d'auteur. Dans le cadre de la campagne de sensibilisation qui s'étend désormais aux écoles du secondaire, et instruit les étudiants quant à la nécessité de respecter les oeuvres protégées, le staff de la Commission parcourt les routes du pays à leur rencontre.

 

 

 Membres de la NCC et personnel de l'éducation font front commun

 

 

S'exprimant face aux 300 élèves de la British-Nigeria Academy, premier établissement visité, le directeur général de la NCC, Afam Ezekude, a rappelé que l'une des missions principales de la Commission était d'inculquer des connaissances sur le droit d'auteur. Et d'ajouter que dans le cadre de la lutte anti-piratage il était important de viser les jeunes et leur apprendre le respect de la propriété intellectuelle. En plus des visites aux écoles, la sensibilisation passera également par un club informatif destiné aux enfants, sur le web.

 

Le message adressé aux élèves au cours de la visite, visait en premier lieu à les encourager à exprimer leur créativité, et comprendre comment celle-ci peut être défendue par le droit de propriété intellectuelle. Le président adjoint, monsieur Adewusi, y est quant à lui allé de ses explications sur les bases du droit d'auteur et de son réquisitoire contre le plagiat dénoncé comme forme de piratage.

 

Afam Ezekude a expliqué que la commission poursuivait activement la mise en oeuvre de son plan d'action. Ce qui a conduit à plus de 120 applications de mesures anti-piratage au cours des deux dernières années, et a entraîné de nombreuses arrestations, dont environ 35 condamnations rien que ces 18 derniers mois. 

 

Avec les efforts de la Commission, le cadre réglementaire national s'est vu renforcé, et ce, notamment par un système de sanctions rendu plus rigide dans le cadre des violations du copyright, à des fins dissuasives. Mais dans son bilan, le directeur général déplore des manques de moyens financiers et humains. Il espère que le gouvernement fédéral débloquera quelques fonds afin que la NCC puisse assumer sa mission.