Le nom de Sarah Palin peut-il encore faire vendre ?

Clément Solym - 13.12.2010

Edition - Les maisons - sarah - palin - vendre


Sarah Palin ? Oui, l'ex-colistière de McCain, qui depuis se répand en confession sur sa vie, son oeuvre et sa vision de l'Amérique, bien puritaine, bien moche. Un nom qui a su faire vendre, mais qui va prendre une méchante claque, alors que le deuxième opus est là.

Going Rogue avait été un carton. Plein. Massif. Énorme. 2,2 millions d'exemplaires écoulés, dixit son éditeur. Mais l'autre, America by Heart, n'en suit pas du tout la même mouvance. Du tout. Recettes décevantes, pas de second tirage... un lancement déjà plus modeste. HarperCollins est bien moins confiant que le premier volume.

Ce qui est amusant, c'est qu'évidemment la boutique ne se sépare pas d'un sourire circonstanciel, estimant que je vais bien, tout va bien, je suis gai, tout me plaît. Mais la réalité, raconte le Washingont Post, est tout autre. Et l'une des théories selon nos confrères, c'est que Palin est surexposée, et forcément, moins désirée.

Avec son premier bouquin, les curieux, les fans, les intégristes, et même les ours d'Alaska pas vraiment rancuniers, avaient pu approfondir leur connaissance de la petite bonne femme. Ancienne gouverneure de l'Alaska, dont la famille est devenue une star de la télé-réalité, tout le monde voulait savoir qui était cette femme de pouvoir, suite à l'élection de Barack Obama.

Et puis, sa fille est devenue l'un des sujets d'actualité people, en annonçant ses multiples séparations de son copain, ou encore le fait qu'elle soit tombée enceinte... C'est un peu trop, d'autant plus que maman n'a pas surfé sur la bonne vague, avec cette histoire, et qu'elle s'est retrouvée un peu coincée, entre son discours et les actes de sa fille.

Soutenue encore par ses fidèles sur Twitter, sa tournée promotionnelle pour America by Heart, aura été moindre, et de plus en plus, les interventions de Palin sur la scène politique montrent une tendance farouche à l'extrémisme.

Le dernier en date était celui de Wikileaks, où elle revendiquait explicitement une main de fer qui aurait su museler le dissident...


Illustration : une autre bêtise