medias

Le nouvelle bibliothèque de Bagdad, désormais en chantier

Antoine Oury - 23.08.2013

Edition - Bibliothèques - Bibliothèque nationale d'Irak - Bagdad - AMBS Architects


En 2003, la nouvelle ajoutait un peu plus de désespoir à la guerre en Irak : la Bibliothèque nationale, ravagée par les flammes, emportait dans ses ruines près de 60 % des documents conservés dans le bâtiment, dont 25 % de cartes, journaux et livres rares. L'entreprise de construction d'un nouvel écrin pour les documents du pays, d'une surface totale de 45.000 m², est désormais officiellement validée.

 

 

Images de synthèse de la nouvelle Bibliothèque nationale d'Irak, par le cabinet AMBS Architects
 
 
La nouvelle bibliothèque, dessinée par le cabinet londonien AMBS Architects, abritera 2,8 millions de documents, et disposera de la plus grande salle de lecture au monde. Elle fait partie d'un large plan de valorisation d'une partie de la capitale, destinée à devenir la « Ville Neuve » avec plus de 30 nouveaux bâtiments pour la plupart tournés vers la culture.
 
Amir Mousawi, le directeur du cabinet d'architectes, revient sur les difficultés inhérentes à une telle construction : « 60°C en été, 30 années de conflits, et l'Irak se retrouve privé de nombreuses commodités », note-t-il. « Le gouvernement est relativement jeune, et plutôt inexpérimenté quant aux projets d'envergure. Tout est politique, et chacun veut emmener le projet dans sa propre direction. Mais, même si le projet n'est pas parfait comme nous l'aurions voulu, il est important de commencer la construction. »
 
Tout de même, la bibliothèque révèle quelques partis pris innovants : le toit effilé garantira une luminosité idéale dans le bâtiment, tout en assurant une partie de la fourniture en énergie grâce à des capteurs solaires. Un choix audacieux, étant donné les ressources en pétrole du pays, volontairement délaissées au profit de l'énergie tirée de l'astre solaire.
 
Le budget alloué à la nouvelle Bibliothèque nationale approche les 20 millions $, et les différents acteurs impliqués espèrent désormais que les financements vont suivre jusqu'à la pose de la dernière pierre. Dès son ouverture, a priori dans trois ans, la bibliothèque pourra accueillir près de 5.000 usagers.