Le numérique plombe encore les résultats de Barnes & Noble

Antoine Oury - 10.09.2014

Edition - Librairies - Barnes & Noble résultats - année fiscale 2015 - premier trimestre


Barnes & Noble, une des grandes chaînes de librairies des États-Unis, vient de communiquer ses résultats financiers pour le premier trimestre de l'année fiscale 2015. Les revenus sur cette période chutent de 7 %, à 1,2 milliard $, par rapport à l'année précédente, malgré une hausse du résultat brut.

 

 

Barnes & Noble - Oak Park Mall

Barnes & Noble, centre commercial de Oak Park

(Mike Kalasnik, CC BY-SA 2.0)

 

 

En effet, avant déduction des taxes, intérêts et autre dépréciation, les revenus augmentent de 30 millions $, par rapport à une perte de 9 millions $ l'année dernière. Mais cette donnée semble une maigre consolation, puisque les pertes sont toujours à l'ordre du jour : elles s'élèvent à 28,4 millions $ pour ce premier trimestre fiscal 2015.

 

La rationalisation des coûts liés à l'offre Nook aura malgré tout porté ses fruits, puisque l'année précédente se soldait par des pertes à hauteur de 87 millions $, pour la même période. « Nous avons continué à améliorer nos performances, tout en poursuivant nos initiatives stratégiques, comme la séparation de l'activité magasin de Barnes & Noble et les activités de Nook Media », a souligné Michael P. Huseby, directeur exécutif, comme pour rassurer les actionnaires.

 

En effet, l'offre numérique de la chaîne peine toujours à se rentabiliser, malgré un partenariat en grande pompe avec Samsung pour proposer un nouveau produit. Le secteur Nook en particulier (contenus, appareils et accessoires) totalise 70 millions $ de recettes sur ce premier trimestre, soit une baisse de 54,3 % des ventes par rapport à la même période en 2014. Les ventes de contenus numériques ont diminué, elles, de 24,2 %.

 

 

 

 

Les ventes des boutiques sont restées plutôt stables, note la chaîne de librairies, avec une baisse de 0,4 %. Dans ses prévisions, Barnes & Noble ne prévoit pas d'amélioration, et travaille donc à renégocier les contrats liant Nook Media à ses partenaires, pour assurer une séparation dans quelques mois.