Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le numéro 2 du FN préfacé par un ancien secrétaire général de l'ONU

Julien Helmlinger - 31.01.2014

Edition - International - Louis Aliot - Boutros-Ghali - Préface


D'ici le mois de mars prochain, aux éditions Idées et nation, paraîtra le prochain livre du vice-président du Front National et compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot. Intitulé Les présidents français et l'Europe : Chronique de l'abandon progressif de la souveraineté française, l'ouvrage crée la surprise avec une préface signée de l'ancien secrétaire général de l'ONU, Boutros Boutros-Ghali. Si ce dernier ne partagerait pas les idées politiques de l'auteur, en revanche, il saluerait ainsi un travail original sur la question européenne.

 

 

Boutros-Ghali à Paris en 2008

CC by 2.0 par UNPA Campaign

 

 

Le coup de pub était inattendu. Selon Le Figaro, l'ancien secrétaire de l'ONU qui était également ministre égyptien des affaires étrangères sous Sadate et Moubarak, écrit dans la préface : « En évoquant l'Europe et la construction européenne, sous une perspective jamais étudiée jusque là, sous l'angle des présidents français de la Ve République, monsieur Louis Aliot met en exergue le pouvoir et les prérogatives aussi bien constitutionnelles que politiques du chef de l'Etat en matière des affaires étrangères. »

 

Selon l'auteur, Louis Aliot, il aurait été mis en relation avec Broutos-Ghali par un confrère avocat au barreau de Paris, Elie Hatem, membre du mouvement de l'Action Française, qui avait lui-même eu l'ancien ministre égyptien comme directeur de thèse. « Il m'a dit que c'était le genre de livre que je devais lui présenter pour le préfacer », précise le numéro 2 du FN. S'il admet que « la promotion n'est pas négligeable », Louis Aliot la voit avant tout comme une reconnaissance pour son travail.

 

Boutros-Ghali, qui fut également secrétaire général de l'Organisation pour la francophonie entre 1997 et 2002, quant à lui, aurait précisé ne pas « partager les idées politiques voire la stricte orthodoxie souverainiste vers laquelle l'ouvrage est orienté », tout en en soulignant dans sa préface la « rigueur scientifique du livre ».

 

Interrogé par Al-Ahram, il regrettait que la France ne s'intéresse que peu à la francophonie. « Elle était soutenue à l'époque de Mitterand, de Chirac, mais de nos jours, l'Etat français y porte un intérêt moindre, préférant se concentrer sur d'autres projets qu'il juge prioritaires. »

 

Si le compagnon de Marine Le Pen admet que son préfacier est beaucoup moins souverainiste que lui, il estime que son appartenance au Front National n'aura pas constitué d'obstacle. Il avance plutôt que ce geste « était une manière pour lui de montrer son attachement au pluralisme politique, à la diversité des opinions ».