Le papier toujours préféré des Français pour la conservation

Antoine Oury - 20.10.2014

Edition - Société - papier Français rapport - concentration conservation - support papier


Culture Papier est une association, créée en 2010, qui s'est donnée pour mission de sensibiliser les décideurs et la société, pour un développement durable du papier et de l'imprimé, ainsi que son rôle social, économique et culturel. Il semble évident, aujourd'hui, de constater que le papier est en danger, face au numérique : mais de l'opinion des Français, il ressort que le support a encore de beaux jours devant lui.

 


Livres en suspension - Frankfurt Buchmesse

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Pour évaluer l'opinion des Français sur le papier, Culture Papier s'est connecté avec Mediaprism afin d'interroger 1016 individus, âgés de plus de 18 ans et représentatifs de la population française. L'enquête a été menée entre le 15 mai et le 2 juin de cette année, sur le Web, et proposait deux définitions liminaires précises :

  • Le papier fait référence à toutes sortes de documents papier : livres, presse, dictionnaires, cartes routières, lettres...
  • Le numérique renvoie à toutes sortes de documents que nous pouvons lire sur ordinateur, tablette, smartphone : SMS, courriers électroniques et toutes autres informations.

La première conclusion du rapport est fondée sur sa question d'introduction : 81 % des Français se disent très ou assez attachés au papier, parce que le support a encore une place primordiale dans leur quotidien. Pour ainsi dire, il jalonne leur journée, en témoigne cette liste non exhaustive d'activités liées au papier :

 

 

 

On s'amusera du fait que le questionnaire soit quelque peu orienté : si recevoir un faire-part peut logiquement être préféré en papier, du fait de l'aspect officiel et peu commun de l'évènement, envoyer ou même recevoir un courrier pourrait de manière tout aussi compréhensible être préféré au format numérique. Malgré tout, une tendance se dégage, lorsque l'on observe les préférences pour les fiches de paie et les factures : le format papier est privilégié, alors même que ces documents, nombreux, semblaient faits pour le numérique.

 

Il faut aller un peu plus loin dans l'enquête pour trouver confirmation de cette opinion au sein du panel des interrogés :

 

 

Si le numérique est considéré comme « plus pratique » par une grande majorité, le papier offre la possibilité d'être « conservé ou enregistré pour le réutiliser aisément ». Amusante observation, alors que l'on considère généralement que le numérique permet de gagner de la place et du temps dans la recherche des documents. Finalement, il semblerait que peu de Français soient habitués à classer les documents dans leur ordinateur.

 

Perte de documents suite à une erreur informatique, problèmes de compatibilité ou difficultés dans le transfert des documents (par exemple dans le cas d'un changement d'ordinateur) pourraient expliquer cet avantage de la conservation toujours accordé au papier, qui constitue même le principal argument de ceux qui préfèrent le papier.

 

Côté « charge émotionnelle », l'association de noms, d'adjectifs ou de verbes avec les différents formats signale que le papier est globalement synonyme de calme, de souvenir, de repos, de concentration, quand le numérique est plus volontiers associé au travail, mais aussi, paradoxalement, au divertissement, sans oublier l'information ou les relations humaines. Et, quand il s'agit de « Lire », 93 % l'associent toujours au papier.

 

 

L'étude aborde ensuite le problème de dépendance au numérique, en soulignant que, pour ceux-là, le papier est un excellent moyen de se couper des notifications ou des regards compulsifs sur la boîte de réception d'emails. Une obsession telle que 63 % des interrogés assurent avoir pensé que la vie était meilleure sans numérique. Dommage, on ne peut plus faire grand-chose pour eux.

 

Finalement, si les deux supports sont régulièrement opposés au long de l'enquête, les questions les plus clivantes auront en fin de compte rassemblé, ou partagé assez également, les interrogés :

 

 

Pour terminer, le sondage évoque la vie privée, et la constitution de documents pour la retracer : une majorité de 61 % des interrogés préfère le papier, pour des raisons affectives, de conservation ou de personnalisation. La protection des données personnelles aurait aussi pu entrer en compte, sans aucun doute.

 

  Enquête Observatoire Culture Papier 2014 by ActuaLitté