Le Parchemin, librairie symbolique de la vie montréalaise, ferme ses portes

Victor De Sepausy - 25.07.2019

Edition - Librairies - Parchemin librairie Montréal - déficit commerce - bijoux cadeaux livres


Situé à la station de métro Berri-UQAM de Montréal (Québec), Le Parchemin était une boutique assez unique en son genre : le programme couvrait la bijouterie, les cadeaux et la librairie. Avec notamment la possibilité d’y faire des bijoux sur mesure — et pas en impression à la demande. Mais le magasin vient de fermer. 


 

Ce 19 juillet, puis le 22 juillet de nouveau, cette fois pour « des raisons hors de notre contrôle », la boutique présentait portes closes. Benoît Thouin, interrogé par le 15-18, actuel administrateur du commerce, et copropriétaire avec Hubert Thouin, son frère, apporte quelques précisions.

C’est officiellement depuis le 18 juillet que le magasin est fermé. « On essaye d’avoir un arrangement », indique-t-il. « Mon frère a tout fait pour le magasin. » Rachetée voilà sept ans, et malgré les plans de restructurations, la boutique perdait de l’argent, d’année en année. Les apports successifs de financements opérés par Hubert Thouin attestaient de sa confiance, jusqu’à récemment.

Le magasin devenu déficitaire, il n’était plus possible de relever la barre. « C’est avec un gros pincement au cœur, et avec beaucoup d’émotion que mon frère et moi avons dû fermer. » Et de remercier l’excellente équipe qui a travaillé sans compter sa peine. 
 
Depuis 53 ans, Le Parchemin occupait une place dans le paysage montréalais, de par cette spécificité et ses trois départements si distincts.

« Faut dire les choses, ce qui n’aide pas aujourd’hui ce sont les achats en ligne. On a beau dire, Les Amazon de ce monde et compagnie ça n’aide pas du tout. » Et de regretter les taxes dues par les commerces physiques, dont les entreprises types GAFA parviennent à s’échapper, par des optimisations fiscales. 



 
« Ça devient un peu injuste. Ce sont les habitudes de consommations qui changent. » Malgré leurs tentatives pour trouver des investisseurs, au cours des mois derniers, personne ne s’est présenté, « ce n’est pas facile aujourd’hui, surtout dans le commerce de détail ». 

Le déficit a commencé un an après le rachat par Hubert Thouin, et depuis 6 ans et demi, il renflouait les caisses de la société.

Reste encore à trouver un terrain d’entente avec le bailleur, mais « à moins d’un miracle, ça ne s’annonce pas bien ».


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.