Le partage des informations sur les lecteurs, nouveau créneau

Clément Solym - 25.01.2012

Edition - International - données - utilisateurs - vente


Le libraire américain Barnes & Noble assure qu'il va travailler plus de concert avec les éditeurs, en fournissant davantage d'informations sur les lecteurs, en vue d'une meilleure commercialisation de titres numériques, expliquait hier Jim Hilt, vice-président ebooks chez le libraire. 

 

À l'occasion de la conférence Digital Book World, Hilt s'est épanché un peu sur ce point particulièrement critique. Le partage de données relatives aux clients - pour le moment, sans détail de ce que cela peut contenir - représenterait une orientation capitale dans le commerce des livres numériques. 

 

Selon lui, « la transformation et la croissance rapide de notre industrie, devant l'ebook, ne se produiront que lorsque les auteurs, les revendeurs et les éditeurs, seront plus transparents sur les données qu'ils utilisent... Nous vendrons alors, tous ensemble, plus de ces grands livres que nous aimons, tous les jours, et en permanence ».

 

 

Voeux pieux ? En tout cas, une approche stratégique évidente, devant les quelque 1000 représentants, cadres et éditeurs de maisons d'édition américaines présents dans la salle. 

 

Selon DGW, ce partage de données pourrait surtout rapprocher de la réalité technologique : les méthodes de création de l'EPUB 3 permettent par exemple d'activer des outils Javascript à intégrer dans les livres numériques. Un élément qui simplifierait le suivi des habitudes de lecture de la part des éditeurs.

 

À condition que les revendeurs permettent l'introduction d'un code dans le livre et propose un lecteur ebook ou une tablette qui soit en mesure de supporter cette nouvelle technologie. 

 

Eh oui...