Le Pays de Galles se prépare au centenaire de Dylan Thomas

Julien Helmlinger - 08.10.2013

Edition - International - Dylan Thomas - Poète - Centenaire


L'an prochain, le Pays de Galles honorera royalement son fils errant, Dylan Thomas, le poète qui avait la réputation d'être « trop anglais pour les Gallois et trop gallois pour les Anglais », à l'occasion du centenaire de sa naissance. Le gouvernement a annoncé que 750.000 £ seraient mises à disposition du festival DT100, et qu'il espérait que l'événement allait stimuler le tourisme. Même le Prince Charles a prêté sa voix à l'écrivain pour marquer le National Poetry Day, par le biais de l'enregistrement d'un extrait de Fern Hill, un poème que son altesse qualifie de « poignant ».

 

 

 Statue à Swansea (cc by 2.0)

 

 

Son image d'ivrogne a desservi le Gallois, mais le premier ministre Carwyn Jones a annoncé que le festival sera l'occasion d'élever le statut de Dylan Thomas. Le Gallois se voit donc enfin promettre le Panthéon des poètes, tandis que le ministre du Tourisme, Edwina Hart a appelé à « ressusciter » une passion. Non seulement grand amateur de whisky et de la gent féminine, ses admirateurs rappellent qu'il était également un bourreau de travail et considéré comme le meilleur poète de son temps en Grande-Bretagne.

 

Le petit homme trapu aux cheveux bouclés, le plus souvent flanqué d'une cigarette et d'un costume d'emprunt sur les photos, le Gallois a été une source d'inspiration pour de véritables icônes comme John Lennon ou encore Bob Dylan. Il a notamment traîné avec le surréaliste Salvador Dalí et s'est vu accorder d'avoir ouvert les portes de l'Occident à la littérature noire africaine... avant les mythiques 18 culs secs de l'ultime apéro.

 

Mais certains Gallois sont convaincus qu'il reste trop peu reconnu dans leur contrée tout comme dans le reste du Royaume-Uni. L'homme, notamment connu pour ses oeuvres Under Milk Wood ou encore Fern Hill, ne figure pas au rang des auteurs étudiés aux programmes universitaires. Un catalogue difficile à cataloguer, qui ne fut acclamé que lorsque le registre poétique se fit plus anecdotique.

 

Quelques aménagements se sont donc imposés pour cet anniversaire, près de 100 ans après le 27 octobre 1914. Si sa ville natale de Swansea a longtemps été dans le déni, le petit parc où Dylan Thomas a joué lorsqu'il était petit a bénéficié d'un lifting, tandis qu'une statue de bronze est érigée à l'extérieur de sa maison d'enfance. Un lot de manuscrits et photographies rares a été emprunté auprès d'une archive new-yorkaise, et des citations du poète ont été apposées sur des véhicules du conseil.

 

La poésie récitée par le prince Charles, est en écoute à cette adrevsse.