Le PDG d'Hachette UK dénonce l'abus de confiance d'Amazon

Clément Solym - 07.06.2008

Edition - Société - Hachette - Amazon - chantage


Les sanctions prises par Amazon contre Hachette et les autres éditeurs qui ont refusé de céder à la pression du cyberlibraire sont « effectivement en train de créer un abus de confiance entre Amazon et ses clients », estime Tim Hely Hutchinson, CEO de Hachette Livre UK, dans une lettre adressée aux auteurs.

Supprimer les livres des éditeurs récalcitrants

Le détaillant en ligne a décidé de supprimer l'achat de livre neufs publiés par certains éditeurs qui refusent de faire baisser le prix d'achat négocié par le marchand. Ainsi, des ouvrages de Kate Mosse, Stephen King ou James Patterson sont supprimés des étals d'Amazon UK et uniquement disponibles en version d'occasion.
Rassurer les auteurs : on ne cèdera pas... C'est rassurant ?

Dans la lettre, Tim considère cette action d'Amazon comme un premier pas vers une perte de popularité auprès du public, parce qu'elle réduit nécessairement le champ d'achat des lecteurs. « Amazon semble chaque année passer d'un éditeur à un autre en augmentant ses exigences afin d'obtenir des conditions plus importantes encore, à nos frais, mais aussi aux vôtres », ajoute Tim, à l'attention de ses auteurs.



« Décliner toute demande de réduction supplémentaire est l'approche que nous avons choisi de prendre avec tous les plus importants revendeurs et ceci est particulièrement important dans notre relation avec Amazon. » Et de préciser qu'étant donné l'agressivité sur les prix pratiqués par le vendeur en vue de mettre sur la touche les libraires « de brique et de mortier », Hachette ne souhaite pas donner plus de munitions encore à Amazon pour parvenir à ses fins.

On peut très bien se passer de vous - voire vous occulter

Du côté d'Amazon.co.uk on « n'est pas en mesure de commenter, parce que nous n'avons pu vu la lettre en question. Amazon.co.uk est définitivement prêt à offrir la plus large sélection de titres, à travers les libraires qui vendent grâce à nos étals du neuf ou de l'occasion. Amazon.co.uk est également résolu à faire en sorte que nous assurions à nos clients des prix les plus bas possible, en les encourageant à profiter d'une variété encore plus grande de livres et d'auteurs. »


Si l'on décrypte cette réponse marketeuse, on comprendra sans peine que les éditeurs qui ne sont pas décidés à céder ne comptent pas, puisque l'on dispose de nombreux autres moyens de continuer à vendre et que dans le pire des cas, on présentera d'autres livres que les leurs, que l'on peut aussi occulter complètement.

Comment ça, de l'interprétation abusive ? Voilà en tout cas un chapitre supplémentaire à ajouter à notre dossier sur les bouleversements qu'Amazon va introduire dans l'édition...