Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le pentagone menace l'ancien SEAL, auteur d'un livre sur Ben Laden

Clément Solym - 31.08.2012

Edition - Justice - Pentagone - Ben Laden - Justice


Jeudi à Washington, les autorités du Pentagone ont averti qu'elles songeaient à poursuivre l'ancien commando de marine en justice, pour violation d'un accord signé lors de la remise du rapport de mission à l'issue du raid dans lequel le terroriste a été supprimé. L'agence Reuters a révélé une lettre écrite par l'avocat du service du département de la défense, dans laquelle le juriste précise que le champ de l'action légale serait élargi à l'ensemble des acteurs impliqués dans la publication. Le gouvernement est susceptible de revendiquer la totalité des royalties si le livre est publié.

 

 

 

 

 

La lettre a été adressée à l'auteur du livre, sous le pseudonyme Mark Owen sous lequel le livre est signé. L'homme de loi pointe deux accords de non-divulgation d'informations confidentielles conclus entre l'ancien membre des forces spéciales avec le Navy SEAL. L'avocat général Jeh Johnson a écrit : « Vous êtes dans l'infraction matérielle et la violation des accords de non-divulgation que vous avez signés. [...] Le Ministère de la Défense envisage des poursuites contre vous et tous ceux qui agissent de concert avec vous, par tous les recours légalement disponibles à la lumière de cette situation. » Selon ces accords, la publication littéraire aurait dû faire l'objet d'une approbation de la hiérarchie militaire.

 

La divulgation d'informations classées est considérée comme un crime aux États-Unis, et selon le Pentagone la publication constituerait une circonstance aggravante. La lettre ne dénonce pas les éléments top-secrets du livre, mais l'ouvrage dévoile que Ben Laden a été abattu au sortir de son lit tandis qu'il n'était pas armé. Selon les positions du gouvernement américain au moment de la mission, le terroriste aurait dû être arrêté et non éliminé, dans le cas où il ne constituait aucune menace pour les membres du commando ou d'autres civils.

 

La menace reste floue quant aux autres cibles visées par la procédure. Le porte-parole de l'éditeur Dutton, filiale du groupe Penguin, n'a pas immédiatement fait de commentaires. La maison d'édition avait déclaré au cours du mois d'août qu'aucun secret d'État portant atteinte à la sécurité n'était révélé dans l'ouvrage intitulé No Easy Day. Avec le tapage médiatique autour de sa sortie, et de sa date de parution initialement arrêtée au 11 septembre avant d'être révisée au 4 septembre, le livre est déjà considéré comme un best-seller chez Amazon.

 

Si l'écrivain avait initialement espéré rester dans l'anonymat, sa véritable identité en tant que Matt Bissonnette a été rapidement rendue publique. Âgé de 36 ans, il a quitté l'armée en avril décoré de 5 étoiles de bronze, à l'issue d'un service exemplaire. Sa photo est aujourd'hui diffusée dans les réseaux djihadistes qui le considèrent comme un homme à abattre : « le chien qui a assassiné Oussama Ben Laden. »

 

Si l'autre affaire passée en justice, en avril devant la cour à Alexandria dans l'état de Virginie, fait jurisprudence, les chances sont maigres pour Bissonnette de conserver le pactole escompté par la publication de son livre. En effet, un ex-agent de la CIA a été condamné à devoir renoncer aux profits liés à l'édition de The Human Factor qu'il avait publiée sous le pseudonyme Ismaël Jones sans l'approbation de l'agence centrale de renseignement.