Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le Peuple de Mü devient Mü Editions, “un territoire à reconquérir”

Clément Solym - 10.10.2017

Edition - Les maisons - littératures imaginaires édition - éditions peuple Mu - Mu Editions


Depuis septembre 2013, Le Peuple de Mü s’est efforcé de trouver, dans les mondes de l’imaginaire, les plumes de demain. Et un place en tant que maison d'édition. En ce mois de l’Imaginaire, Davy Authuil, le fondateur, officialise la fin du Peuple de Mü, et la création de Mü Editions. Un renouveau et un prolongement, avec la perspective de rester « découvreurs de talents, pépinière d’auteurs et incubateur d’expérimentations » en matière de littératures.

 


 

 

Mu Editions s’appuiera sur trois collections, toujours à la recherche de textes atypiques dans la production contemporaine de l’imaginaire. « Cette mutation clarifie notre ligne éditoriale. Nous souhaitons donner leur chance à des auteurs, porteurs d’univers singuliers, hybrides et avant tout très personnels. Des créateurs et des explorateurs », assure l’éditeur.

 

Le peuple de Mü :


C’est ici que tout a commencé et que tout va continuer. Le peuple de Mü est la collection pépinière de la maison d’édition. Un incubateur de talents : des jeunes plumes s’appropriant les contrées du roman populaire à travers des textes grand public de qualité. Vous y trouverez des textes énergiques, des univers riches, des récits épiques, des personnages forts, le tout teinté de Soap, de fun, d’émotions, de suspens...

Des couvertures branchées réalisées par des illustrateurs connus ou en passe de l’être. Bref, un condensé du meilleur des nouveaux auteurs de la science-fiction et du fantastique francophone. 
 

Le labo de Mü :


 Le labo de Mü est un laboratoire de recherche et un cabinet de curiosité et d'expériences littéraires. Il propose les romans hybrides de jeunes plumes ou de plumes confirmées explorant de nouveaux territoires littéraires et artistiques.

À la recherche de récits riches questionnant à la fois la société, l’individu, les sciences et la création artistique, le Labo se veut le réceptacle transgenre de la science-fiction, de l’anticipation, de l’essai, de l’autofiction, et de la métafiction. Des livres tout droit débarqués de mondes parallèles, des livres innovant aussi en terme de présentation et de mise en page. 
 

Les arts de Mü :


Peut-on revisiter le registre de l'imaginaire dans des pièces de théâtre ? Ou de voir des publications encourageant la transversalité artistique entre spectacle vivant, de rue, danse, musique ou multimédia et littérature ?

Les arts de Mü servent la création transversale en publiant des expérimentations artistiques. La collection développe aussi des projets de Beaux livres autour des arts plastiques avec une forte dimension littéraire (essais, biographies etc.). L’occasion pour nous de vous donner à lire et voir des ouvrages uniques vecteurs de la création artistique au sens large. 
 

A la recherche d'un territoire perdu

 

« La mutation de Mü correspond aussi à une volonté de porter un autre regard sur la création littéraire, un regard ouvert sur d’autres formes artistiques et sur les enjeux de la société », expliquent les créateurs de Mü Editions

 

Pour cette nouvelle structure, on retrouve Davy Athuil, éditeur qui développe également pour l’an prochain, un projet de Maison de l’Imaginaire à Lyon. Avec lui Li-Cam, auteure et éditrice, également directrice littéraire de la collection Petite Bulle d’Univers chez Organic Editions. Jean-Emmanuel Aubert, présenté comme plasticien, photographe, bricolo-artisto, touche-à-tout, et Driss Embarek également dans le domaine de la direction artistique. 

 

Et chacun d’affirmer : « Nous envisageons Mü comme un territoire perdu et fantasmé depuis plusieurs siècles à l’instar de l’Atlantide, un territoire à reconquérir. Grâce à cette nouvelle ligne éditoriale, nous souhaitons opérer des rapprochements entre les genres littéraires, les formes artistiques, et bien sûr entre de jeunes auteurs et leurs publics. »

 

La fin du Peuple de Mü ne va pas non plus sans poser de réelle question sur l’attractivité qu’une petite structure d’édition peut exercer sur les distributeurs. Davy Athuil avait signé en décembre 2015 une tribune parue sur ActuaLitté, pour déplorer un état de fait complexe. « Diffuseurs, grande distribution et/ou grandes chaînes partagent le même combat. Ils ne défendent pas la pluralité culturelle. Ils s’en servent au détriment des lecteurs. »



Le premier titre de la maison sera Cyberland, de Li-Cam, proposé en précommande jusqu’au 13 novembre.

 

Octobre, mois de l'Imaginaire, la littérature de demain