Le philosophe et académicien René Girard est décédé

Julie Torterolo - 05.11.2015

Edition - Société - René Girard - décès - Philosophe


Installé aux États-Unis depuis 1947, René Girard est décédé ce mercredi 4 novembre à Stanford, en Californie. Penseur, anthropologue d’origine française et professeur de littérature comparée à l’université de Stanford, ses livres ont permis une avancée majeure en sciences humaines et philosophie. Ce qui lui a valu notamment son entrée à l’Académie française en 2005. 

 

René Girard en 2007

 

 

Surnommé « le nouveau Darwin des sciences humaines » par Michel Serres, académicien et professeur à Stanford, René Girard  est décédé à son domicile des suites d’une longue maladie, annonce l’université américaine dans un communiqué. L’établissement lui rend alors hommage le décrivant comme l’un « des 40 immortels de la prestigieuse Académie française ».

 

« Je peux dire sans exagération que, pendant un demi-siècle, la seule institution française qui m’ait persuadé que je n’étais pas oublié en France, dans mon propre pays, en tant que chercheur et en tant que penseur, c’est l’Académie française », avait-il prononcé le jour de son discours devant la prestigieuse institution. Philosophe, académicien, théoricien, ses livres ont « offert une vision audacieuse et vaste de la nature, de l’histoire et de la destinée humaine », poursuit l’université dans laquelle il a notamment dirigé le département de langue, littérature et civilisation françaises.

 

Créateur de la Théorie du mimétique

 

Né en 1923 à Avignon, le philosophe a produit des œuvres qui ont une grande renommée aux États-Unis, mais demeurent moins connues du grand public français. René Girard a débuté sa carrière avec l’étude des religions dans les sociétés humaines. Il a créé la « théorie du mimétique », nouvelle anthropologie de la violence et du religieux. Théorie qu’il définissait de la manière suivant : « Cest toujours en imitant le désir de mes semblables que j’introduis la rivalité dans les relations humaines et donc la violence ».

 

 

 

« Tout désir est désir d’être » écrivait-il ainsi dans Quand ces choses commenceront. Son livre La violence et le Sacré (1972) explique alors sa vision de la religion et les écrits sacrés. Il analysait par exemple que le christianisme représentait le salut historique de l’humanité — la bible étant « une immense entreprise pour sortir l’homme de la violence », précise l'AFP.

 

Il était l’auteur d’ouvrages, traduits dans plusieurs langues, comme Mensonge romantique et vérité romanesque (Grasset, 1961), La Violence et le Sacré (Grasset, 1972), Shakespeare, les feux de l’envie (Grasset, 1990) — pour lequel il a reçu prix Médicis la même année —, Je vois Satan tomber comme l’éclair (Grasset, 1999),  Celui par qui le scandale arrive (Desclée de Brouwer, 2001) ou encore De la violence à la divinité (Grasset, 2007). En 2011, le philosophe avait d’ailleurs décidé de confier ses archives à la Bibliothèque nationale de France.

 

Brève présentation de la théorie mimétique par René Girard, au cours de l'émission Océaniques (émission de Alain Joubert, Michel Cazenave et Jean-Daniel Verhaeghe) : 

 


Pour approfondir

Editeur : puf
Genre : philosophie...
Total pages : 220
Traducteur :
ISBN : 9782130570721

Rene Girard ; La Theorie Mimetique, De L'Apprentissage A L'Apocalypse

de René Girard, avec les contributions de Benoît Chantre, Domingo Gonzalez, Christian Lazzeri, et al.

La " théorie mimétique ", coeur de la pensée de René Girard, a connu ses derniers développements avec l'ouvrage de 2007 Achever Clausewitz.

J'achète ce livre grand format à 19.50 €