Le plagiat de Shia LaBeouf élevé au niveau artistique

Julien Helmlinger - 08.01.2014

Edition - International - Shia LaBeouf - Plagiat - Propriété intellectuelle


Il n'y aurait visiblement pas que les comics de Shia LaBeouf qui seraient borderline. Maintenant que l'acteur de Nymphomaniac a fait amende plus ou moins honorable auprès de Daniel Clowes pour un premier plagiat, par un message d'excuse en plein espace aérien américain, il se permet de redonner davantage de hauteur à leur différend sur les réseaux. Par le biais de Twitter, l'acteur aurait notamment publié le story-board d'une autre oeuvre empruntée à l'artiste du roman graphique, ainsi que des lettres de mise en demeure que les avocats de ce dernier lui avaient envoyées... et ce n'est pas tout.

 

 

 

 

L'acteur, fan de comics, s'était rapidement fait épingler par les internautes pour plagiat après avoir présenté son court métrage Howard Cantour.com à Cannes, en septembre 2012. Le film était en fait très largement inspiré, sans la moindre mention à la source, par le roman graphique de Clowes, publié sous le titre Justin M. Damiano. Le mea culpa du copieur s'est ensuite fait rocambolesque, via une vingtaine de tweets d'excuses, sur une quinzaine de jours, et puis jusqu'à ses dernières en date, aériennes, dans le ciel de Los Angeles.

 

Des excuses sincères ? Loin d'être plates en tout cas. Shia LaBeouf n'a visiblement pas peur de pousser le bouchon. Non seulement son message aérien aurait été plus approprié s'il avait été visible sur la côte est des États-Unis plutôt que celle ouest, mais en outre il s'avérerait que toute cette série de tweets d'excuses ne serait autre qu'une compilation de « plagiats » de confusions célèbres.

 

Les plus observateurs auront notamment reconnu des mots adressés par Robert MacNamara, un ancien secrétaire de la Défense américain à propos de la guerre au Viet Nam, d'autres par Kanye West après avoir interrompu Taylor Swift au cours des MTV Music Awards 2010, ou encore par le golfeur Tiger Woods après avoir commis un adultère...

 

Tandis qu'il aurait publié un nouveau story-board concernant un roman graphique de Daniel Clowes intitulé David Boring, les lettres de mise en demeure adressées aux avocats de Shia Labeouf et désormais publiées via Twitter leur suggéraient notamment de tempérer leur « client sérieusement hors de contrôle. Il doit cesser sa conduite inappropriée et bizarre à l'encontre de monsieur Clowes et de ses oeuvres, et il devrait prendre toutes les mesures nécessaires et appropriées pour redresser ses torts ». 

 

Pour un acteur passé du blockbuster Transformers au cinéma d'art et d'essai, Shia LaBeouf semble faire du zèle à sa manière. Le buzz du moment veut que Brad Pitt ne supporte pas l'acteur de 27 ans qui aurait refusé de se laver des semaines durant pour mieux pénétrer son rôle de bidasse dans La Fureur, s'arrachant lui-même une dent au passage histoire de connaître la douleur des guerriers. Quant au tournage de la comédie policière Charlie Countryman, le jeune homme se serait cette fois immergé en prenant un peu d'acide...

 

Si dernièrement il s'exprimait au sujet de l'appropriation intellectuelle, dans Bleeding Cool, certains de ses tweets de la semaine passée auraient évoqué une certaine frustration à propos de la propriété intellectuelle, regrettant qu'elle serve à faire du profit... L'acteur préparerait-il un nouveau rôle ?