Le poète camerounais Enoh Meyomesse libéré après 40 mois de prison

Antoine Oury - 28.04.2015

Edition - Société - Dieudonné Enoh Meyomesse - poète - Cameroun


Le PEN International, organisme à but non lucratif engagé dans la défense de la liberté d'expression, s'est réjoui hier de la libération du poète Dieudonné Enoh Meyomesse, emprisonné pendant 40 mois au Cameroun. Il avait été condamné à purger une peine de 7 ans d'incarcération, pour des motifs vraisemblablement politiques.

 


 

Le poète avait été condamné pour vol et recel d'or, mais surtout pour des motifs politiques, selon les observateurs. Dieudonné Enoh Meyomesse avait été arrêté le 22 novembre 2011, à l'aéroport international de Nsimalen, alors qu'il revenait d'un voyage à Singapour. Il avait immédiatement été enfermé à la prison de Bertoua, pendant 30 jours.

 

Le 27 décembre 2012, après un procès « sans preuve de malversations de ma part, sans témoins, sans plaignants, et après des séances de tortures par un militaire au cours des 30 derniers jours », souligne l'auteur, il est condamné à 7 ans de prison et 200.000 francs CFA d'amende. Les avocats du poète avaient réussi à obtenir un renvoi devant une Cour d'appel, mais les audiences furent sans cesse repoussées.

 

Son emprisonnement l'a laissé très faible, et il n'est pas passé loin de la cécité, en raison des conditions de détention. 

 

Dieudonné Enoh Meyomesse a publié une quinzaine d'ouvrages, dont Le massacre de Messa en 1955 (2010) et un Discours sur le tribalisme très critique vis-à-vis de la politique africaine. En 2011, il avait voulu s'engager pour les élections présidentielles du Cameroun, mais s'était vu refuser l'inscription en tant que candidat. Depuis sa cellule, il a publié Poème carcéral : Poésie du pénitencier de Kondengui.