Espagne : décès de José Manuel Lara, président de Planeta

Nicolas Gary - 01.02.2015

Edition - International - José Manuel Lara - Grupo Planeta - livre numérique


A l'âge de 68 ans, José Manuel Lara, grand patron du groupe éditorial Grupo Planeta est décédé, à Barcelone. Ayant succédé à son père José Lara Hernandez, fondateur du groupe en 1949, il avait élargi la société bien au-delà de l'édition de livres, avec l'acquisition de différents médias, ainsi qu'une prise de participation dans Atresmedia Corp, plus important diffuseur d'Espagne. Manuel Lara en avait d'ailleurs été le président. 

 

 

 

Dans un communiqué émanant de Grupo Planeta SA, on apprend donc que le président est décédé après s'être battu « au cours de ces trois dernières années » contre un cancer du pancréas. Il avait officiellement annoncé à la presse sa maladie, dans une interview de 2011.

 

Natif de Barcelone, il vécut dans cette ville la majeure partie de sa vie, et étudia l'économie à l'université de Barcelone. Ces dernières années, il avait fermement pris position contre toute tentative politique de la part de la Catalogne que de gagner son indépendance. « Je suis plus catalan que les indépendantistes. Voyez à quel point je suis catalan, et si je crois en la Catalogne : je ne veux pas d'un pays qui, dans le pire des cas, deviendrait la Moldavie, et au mieux, le Danemark », avait-il déclaré l'an passé. « Je veux qu'une Catalogne forte, puissante et brillante, mène l'Espagne. »

 

Dans le monde de l'édition, José Manue Lara était parvenu à mettre un pied important en France, après le rachat historique du groupe Editis, pour plus d'un milliard d'euros, en mai 2008. Depuis, le groupe français s'est à de multiples reprises plaint de ce que l'actionnaire pressurisait les équipes. Alain Kouck, président du directoire d'Editis, expliquait alors « le rapprochement d'Editis avec le groupe Planeta est une étape importante : il permet d'amplifier la croissance de notre groupe, de constituer un nouveau leader de l'édition en Europe et de nous donner les moyens d'assurer un développement au-delà des frontières francophones ».

 

Engagé dans le développement numérique

 

Parmi les combats que José Manuel Lara a menés ces dernières années, le piratage des livres numériques était devenu un véritable enjeu. À plusieurs reprises, le président de Planeta avait sollicité les autorités espagnoles pour qu'elles prennent les mesures législatives assurant la sécurité des éditeurs. Il exigeait une loi qui poursuivrait efficacement les pirates, et ceux qui profitaient de la créativité des autres, ou d'autres qui réclamaient une extension de la définition de la copie privée. « Je ne voudrais pas arriver avec le livre à ce qui s'est passé pour le monde de la musique », expliquait-il. José Manuel Lara avait même proposé, devant la Federación de Gremios de Editores de España, que pour lutter contre le piratage, un exemplaire numérique soit embarqué dans tout exemplaire papier.

 

Il était à l'origine de la plateforme Casa Del Libro, fournisseur de livres numériques, et avait, de la sorte, fortement travaillé à ce que l'Espagne se décide à harmoniser son taux de TVA pour les livres numériques, menaçant, si ce point n'était pas résolu, de quitter le pays pour domicilier son entreprise au Luxembourg. Si ce n'était pas le Grand Duché, il envisageait également de partir en France : « J'ai dit au premier ministre et au ministre des Finances : cet été, si le problème n'est pas résolu, casadellibro.com partira à Paris, où la TVA est de 5 % », promettait José en 2013. C'était juste après que la TVA soit passée à 21 % en Espagne, contre 18 % quelques mois auparavant.

 

Grand fan de football, il fut actionnaire majoritaire du RCD Espanyol, jusqu'en août 2009, date où il céda ses actifs à un groupe d'investisseurs que dirigeait Ramón Condal. 

 

En décembre 2012, il avait par ailleurs acquis 30 % de la société Biotech Plasmia, spécialisée dans le développement de médicaments antiviraux et antitumoraux. Biotech Plasmia travaille sur trois nouveaux types de médicaments contre le cancer du sein et de la prostate. L'un de ses projets est de parvenir à la réduction des déchets qu'entraîne la fabrication de ces médicaments. Dans ses cartons, l'entreprise œuvre également à la réalisation de médicaments génériques de meilleure qualité pour le traitement du SIDA...

 

Le roi d'Espagne, Felipe VI, a tenu, dans un message, à rendre hommage au travail de José Manuel Lara, dans le domaine de la communication et de l'information, pour le pays.