Le Prix Booker Prize financé par un milliardaire de la Silicon Valley

Antoine Oury - 28.02.2019

Edition - International - Prix Booker Prize - Crankstart Booker Prize - prix litteraire sponsor


Ne l'appelez plus Man Booker Prize, mais Crankstart Booker Prize (ou pas) : la prestigieuse récompense littéraire britannique, le Booker Prize, s'est retrouvé un nouveau sponsor. La fondation Crankstart, dirigée par Michael Moritz et Harriet Heyman, un couple de philantropes au patrimoine conséquent, prendra ainsi le relais du groupe Man.

Michael Moritz et Harriet Heyman


Ancien membre du conseil d'administration de Google, connu comme l'homme le plus riche du Pays de Galles, Michael Moritz est un investisseur chevronné qui a renforcé sa fortune en choisissant bien ses placements financiers. Auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l'entreprise et à l'économie, notamment The Little Kingdom : the Private Story of Apple Computer, une histoire de la société Apple, il a commencé sa carrière professionnelle en tant que journaliste.

Un mois seulement après le départ du sponsor historique, Man Group, qui sera resté fidèle au prix pendant 18 ans, Moritz et son épouse, Harriet Heyman, romancière américaine, se sont portés volontaires pour financer le prix et sa récompense par l'intermédiaire de leur fondation, Crankstart.

Créée en 2000 et installée dans la Silicon Valley, la fondation Crankstart s'est donnée pour mission de « soutenir les oubliés, les dépossédés, les infortunés, les oppressés ». En 2018, la fondation avait fait un don de 20 millions $ à l'American Civil Liberties Union, qui effectue des actions à destination des immigrés aux États-Unis, notamment, et lutte pour le respect des droits civiques. En 2012, la fondation avait donné 75 millions £ à l'Oxford University, pour aider les étudiants les moins favorisés financièrement.

La fondation s'est engagée à financer la récompense pour les 5 prochaines années, avec une option pour prolonger ce délai de 5 années supplémentaires. Le Booker Prize s'appellera tout simplement Booker Prize à partir du 1er juin prochain, la fondation ne souhaitant pas lui donner son nom.

La dotation du Prix sera toujours de 50.000 £, et de 50.000 £ également pour le prix de traduction, l'International Booker Prize, à partager entre l'auteur et le traducteur de son livre.
 

Un intérêt véritable pour la littérature


« Aucun de nous deux ne peut imaginer un jour sans lire. Les Prix Booker sont des moyens de faire connaître les idées, les découvertes, les plaisirs et la joie qui naissent d'une grande fiction », a commenté Michael Moritz à l'annonce du soutien financier apporté à la récompense. « Harriet et moi-même sommes très heureux d'avoir la chance de soutenir des prix qui permettent de célébrer les meilleurs romans du monde. »
Helena Kennedy, qui préside le conseil d'administration du Prix Booker, assure que la rencontre avec les deux philanthropes ne pouvait pas mieux tomber, et que le partenariat s'inscrit dans une logique littéraire avant tout. « Il n'a pas été très difficile de rencontrer des candidats. Le plus dur est de trouver l'alliance parfaite, avec des gens intéressés pour les bonnes raisons. De nombreux sponsors commerciaux veulent des opportunités pour les utiliser à leur avantage. » Ce qui n'est pas le cas du couple philanthrope.

Le prochain Booker Prize sera décerné en octobre 2019.

via The Guardian


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.