Le procès de l'éditeur Michel Brûlé s'ouvre au Québec

Antoine Oury - 26.02.2020

Edition - Justice - Michel Brule - Quebec MoiAussi - editions intouchables


Le 20 octobre 2017, l'éditeur Michel Brûlé se voyait cité dans le cadre du mouvement #MoiAussi : des anciennes employées de sa maison d'édition, Les Intouchables, évoquaient des comportements déplacés de sa part. Une plainte avait été déposée pour agression sexuelle par une des victimes présumées. Le procès de l'éditeur s'est ouvert ce lundi 24 février.

Scales Of Justice
(photo d'illustration, Clyde Robinson, CC BY 2.0)


Le procès s'est ouvert avec le récit de la plaignante, pour des faits qui se seraient déroulés en mars 2014. L'autrice avait contacté l'éditeur Michel Brûlé pour un projet de livre, avec un rendez-vous programmé à 10h30, dans « les bureaux » de la maison d'édition. Reporté à plusieurs reprises, le rendez-vous a finalement lieu à 18h30, au domicile de l'éditeur, qui abrite aussi sa maison d'édition, Les Intouchables.

La plaignante raconte son arrivée au domicile de l'éditeur : « Il avait la chemise déboutonnée en partie et il était nu-pieds. Je suis entrée et j’ai dû patienter parce qu’il avait un problème à régler avec sa maison d’édition. » Après une longue attente, l'homme commence « à préparer des spaghettis », propose du vin à son interlocutrice, peu à l'aise selon son témoignage. « J’avais l’impression d’être sur une autre planète et je n’étais pas bien », explique-t-elle, rapportant des propos « décousus et incohérents » de Brûlé.

L'éditeur aurait ensuite gagné la salle de bains, pour se raser la barbe et le crâne, avant de proposer à l'auteure de « prendre une douche », selon le témoignage de celle-ci. L'agression a alors lieu, selon elle : « Je lui ai dit que j’étais là pour affaire, et après cela, il a commencé à m’embrasser dans le cou, à me toucher les fesses, les seins et le pubis. J’étais figée. »
 

#MoiAussi pour libérer la parole


« Ça a peut-être duré deux minutes, mais c’était deux minutes intenses où j’ai dit non » : le récit de la plaignante a ouvert un procès qui doit durer quatre jours, et au cours duquel seront entendus l'accusé, bien sûr, mais aussi l'ex-conjoint et le frère de la plaignante.

Me Laurent Morin, qui assure la défense de Michel Brûlé, a interrogé la présumée victime sur son témoignage et sa cohérence. Elle a indiqué ne pas avoir porté plainte après les faits, mais que le mouvement #MoiAussi l'avait aidée à réaliser la gravité des gestes qu'elle attribue à l'éditeur.
 

Agressions sexuelles et sexisme : faire cesser
la loi du silence dans l'édition


En octobre 2017, sept anciennes employées, certaines anonymes et d'autres non, avaient raconté différentes agressions sexuelles ou comportements déplacés qu'aurait eu l'éditeur à leur égard. À l'époque, Michel Brûlé dénonçait des propos diffamatoires, prononcés en raison de sa candidature à la mairie du Plateau-Mont-Royal.

via TVA Nouvelles, Droit-Inc




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.