Le projet Gutenberg attaqué sur les droits d'auteurs

Clément Solym - 29.11.2010

Edition - Economie - Anderson - nouvelle - oeuvres


 Le projet Gutenberg, lancé par Michael Hart, vise à disséminer la littérature dans le monde entier. Via ebooks gratuits. Le tout s'articule autour d'un site web. L'idée était à la base de promouvoir la littérature pour les anglophones.

Seulement, Michael Hart a maintenant décidé de s'attaquer au plus grand nombre de langues possible. Le site met en ligne les versions ebooks de livres tombés dans le domaine public, et les offre au téléchargement.

Seulement voilà, les droits d'auteur sont une nébuleuse d'amendements et d'articles avec laquelle il faut être vigilant. Le projet est ainsi attaqué par le couple d'écrivains Bear. Greg Bear est auteur de science-fiction, auquel nous devons entre autres Eon et Eternity. Sa femme, Astrid Anderson Bear, est quant à elle la fille d'un autre auteur de science-fiction, Poul Anderson.


Les concubins se sont penchés sur le Projet Gutenberg (PG) lorsque celui-ci a commencé à publier certaines oeuvres de Poul Anderson. Le fait est que PG a publié The Escape, une nouvelle d'Anderson, car cette dernière avait été à l'époque publiée en magazine, et qu'aucun droit d'auteur n'avait été déposé dessus depuis. Selon PG.

Car les Bear s'opposent sur ce point : The Escape est par la suite devenue la première partie du roman Brainwave de Poul Anderson. Roman évidemment sous copyright. En outre, le couple souligne la jurisprudence en vigueur aux États-Unis. À deux occasions déjà, la cour américaine a suivi celle-ci : lorsqu'un magazine a acheté le premier droit de publier pour une oeuvre, sous des circonstances qui montrent que celui-ci n'a pas l'intention de donner son oeuvre au public, le copyright résidant dans le nom du magazine est suffisant pour protéger l'oeuvre.

Selon les Bear, le directeur de PG, Greg Newby, se serait engagé à revoir la politique du projet quand aux oeuvres aux droits d'auteur renouvelables, comme Brainwave. Cependant, et toujours selon le couple, PG ferait fi de cette décision sur les livres qu'ils ont déjà publiés.

Les Bear appellent ainsi tout les auteurs dont les oeuvres, ou celles dont ils sont les garants légaux, sont publiées sur Gutenberg, à vérifier sous quels droits elles le sont. Tout en reconnaissant le travail du site : « En général, le Projet Gutenberg rend un grand service à la littérature en rendant disponible des textes tombés depuis longtemps dans le domaine public ».

Le couple a émis un édit relatant ceci, disponible sur e-reads