Le PS se montre réservé quant à l'expérimentation sportive de Chatel

Clément Solym - 27.05.2010

Edition - Société - sport - école - Chatel


Luc Chatel vient de proposer d’expérimenter dès l’an prochain, sur une centaine d’établissements, le découpage de l’emploi du temps entre des matinées réservées aux cours et l’après-midi consacrée au sport.

Mais le Parti socialiste accueille plutôt froidement cette idée même si, en revanche, l’opposition se montre tout à fait ouverte à la remise à plat de l’organisation du temps scolaire qui repose sur un fonctionnement inadapté au rythme des élèves.

Si l’on commence à entrer dans la phase concrète du projet de mettre toutes les activités sportives l’après-midi, deux problèmes majeurs risquent rapidement de se poser. Tout d’abord, il manque clairement des professeurs d’EPS pour rendre applicable l’idée, ce qui ne s’arrange pas avec le non remplacement d’un départ à la retraite sur trois.

Mais en plus, le taux actuel d’occupation des installations sportives est souvent déjà très important. Si l’on veut mettre le sport uniquement sur l’après-midi, il faudra immanquablement créer de nouvelles structures.

L’expérimentation, qui propose de se baser sur 2h30 de sport par après-midi, ne pourrait pas, dans l’état actuel des choses, être étendue à tous les établissements scolaires. Pour le PS, il ne faut pas non plus tendre vers une externalisation des personnels pour répondre à ces nouveaux besoins.

Mais, en ce qui concerne la réflexion sur les rythmes scolaires, le PS dit être depuis déjà longtemps ouvert pour discuter de cet épineux problème rapporte l'AFP. Et le sport l’après-midi n’est pas le seul horizon possible.