Le Quartier latin et la préservation de ses commerces culturels

Cécile Mazin - 14.01.2014

Edition - Economie - commerces culturels - Ville de Paris - bouquinistes


La Semaest a été missionnée par la Ville de Paris en 2004, au travers de la campagne Vital'Quartier, pour « maintenir et développer le commerce de proximité, dans certains secteurs de la capitale ». Pour le quartier latin, l'objectif est plus précis : apporter aux commerces culturels un soutien, dirigé vers les librairies, maisons d'édition, vente de livres anciens, galeries d'art et cinémas d'art et d'essai.

 

 

 

 

À toutes fins utiles, l'organisme vient de publier un « guide des commerces culturels », qui profitent justement de ce soutien. Son directeur, Didier Dely, souligne que l'intervention de sa structure a notamment « redynamisé les 230 bouquinistes qui font de Paris la plus importante librairie à ciel ouvert du monde et initié la création du Labo de l'édition, lieu servant d'interface entre les acteurs du numérique, de la librairie et de l'édition traditionnelle ». 

 

Un effort impressionnant, puisque le document nous apprendra, quelques pages plus tard que l'on compte « 240 bouquinistes installés de manière permanente sur les quais de Seine ». Depuis 2010, ils seraient d'ailleurs 70 à avoir retrouvé la voie des quais. 

 

L'action menée par la Semaest aura également eu pour conséquence directe d'enrayer la régression des librairies entre 2007 et 2012, rapportait déjà une précédente étude, présentée en juin 2013. 

 

Pour le compte de la Ville de Paris, la Semaest prend en charge « la gestion et l'entretien d'un parc immobilier de 83 locaux commerciaux de son patrimoine, dont 35 situés dans le VIe arrondissement, occupés majoritairement par des commerces culturels (librairies, maisons d'édition, galeries) ». Le guide présente ainsi une quarantaine d'établissements, ainsi que les initiatives culturelles que les associations parisiennes peuvent porter.