Le rapport Orsenna a-t-il servi à la promotion de l'écrivain Erik (et vice-versa) ?

Antoine Oury - 21.02.2018

Edition - Bibliothèques - rapport Orsenna - Erik Orsenna - Orsenna bibliothèques


L'écrivain Erik Orsenna et l'inspecteur général des affaires culturelles Noël Corbin ont rendu leur rapport sur les bibliothèques françaises à Emmanuel Macron, après 4 mois d'un tour de France. Brest, Rouen, Nancy, Strasbourg, Bordeaux, Tours, Chartres, Château-Thierry... Toutes ces villes ont un point commun : l'accueil de l'ambassadeur de la lecture Erik Orsenna. Mais aussi celui de l'écrivain Orsenna Erik, en promotion pour son délicieux livre La Fontaine : Une école buissonnière...


Françoise Nyssen et Erik Orsenna
Françoise Nyssen et Erik Orsenna (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

Du côté des professionnels des bibliothèques, le document est accueilli plutôt froidement : si l'on met de côté les constats et observations, les propositions sont maigres. Mais, après tout, le rapport est aussi destiné à faire de la pédagogie auprès des élus, et à devenir un outil de négociation pour les bibliothécaires, afin d'obtenir plus de marge dans la mise en place d'actions à destination des publics.

 

C'est plutôt les conditions de création et de rédaction du rapport qui interpellent. La mission d'ambassadeur des bibliothèques fut annoncée en juin 2017, et c'est le 8 septembre qu'Orsenna entame son tour de France. Entre-temps, il publie La Fontaine Une école buissonnière, le 16 août, aux éditions Stock.

 

Tout le monde l'aura vu venir : avec une audace que n'aurait pas reniée un fabuliste, le tour de France des bibliothèques d'Orsenna se mêle allègrement à la promotion nationale du livre d'Erik. Si Rennes semble avoir été épargnée, un certain nombre d'autres villes du parcours ont eu droit à une double dose d'Orsenna.

 

« Après quelques déplacements à Rennes, Strasbourg, Nancy, Rouen », rapporte ainsi le ministère de la Culture, le 3 octobre 2017 : fait-on référence aux déplacements de l'auteur à l'Opéra de Strasbourg, le 7 septembre, au Livre sur la Place, le 10 septembre, ou encore à la librairie L'Armitière, le 22 septembre ? Non, bien sûr, il s'agit de visites dans des établissements de lecture publique.

 

La liste ne s'arrête pas là : le 16 octobre, Erik Orsenna s'arrête à La Boîte à Livres, à Tours, ainsi qu'à la bibliothèque centrale, un modèle reproduit à plusieurs reprises au mois de novembre. Le 14 novembre, il est présent pour un débat à la médiathèque L'Apostrophe de Chartres, aux côtés d'Alexandre Jardin (dont il cite l'association Lire et faire lire dans son rapport), qu'il visite dans la foulée. Le 22 novembre, il inaugure une bibliothèque départementale à Laxou, près de Nancy, et dédicace sur le lieu même. Enfin, à Toulouse, le 24 novembre, il participe à Futurapolis en tant qu'intervenant et, le même jour, rencontre élus et professionnels.

 

Signalons tout de même quelques exceptions, comme Vaulx-en-Velin, Lampaul ou Gradignan, où Noël Corbin apparaissait alors seul. Ou encore le cas de Château-Thierry, où Orsenna passe le 23 pour rencontrer des lycéens autour de son livre, avant de revenir le 28 novembre pour visiter la médiathèque Le Silo...

 

Une partie des déplacements payée par les éditions Stock
 

Sollicitées, les éditions Stock communiquent ce message : « Depuis 30 ans, à chaque fois qu’Erik Orsenna sort un livre, il va participer à des ateliers d’écriture dans les écoles, faire des signatures en librairie dans toute la France autant qu’il le peut, selon son emploi du temps et ses engagements », rappelle l'éditeur.

 

« Cette fois-ci, il a profité du succès immédiat du livre, qui avait déjà rassemblé des millions d’auditeurs sur France Inter pendant l’été, et des nombreuses invitations en librairie qui lui étaient faites, pour explorer la situation des bibliothèques et des bibliothécaires, le rapport étant totalement bénévole », indique-t-on. « Tous les déplacements dans des villes où nous avons organisé des signatures ont été pris en charge par les Éditions Stock », prend soin de préciser la maison.

 

« Erik Orsenna en a profité pour visiter la médiathèque ou la bibliothèque de la ville dans un souci d’optimisation d’agenda et d’économie pour l’état. Son statut d’écrivain reconnu lui a servi pour se mettre au service des bibliothèques », expliquent encore les Éditions Stock. Au service des bibliothèques ou de la politique d'Emmanuel Macron pour les bibliothèques, il n'y a qu'un pas, qui pourrait être franchi au cours d'un tour de France.

 

Le rapport d'Erik Orsenna sur les bibliothèques
est publié

 

Si des visites ont été organisées dans les établissements de villes où Orsenna n'avait pas de dédicaces — ne forçons pas trop le trait — la visite dans les établissements a donc en partie été guidée par la promotion de l'ouvrage d'Orsenna. Par ailleurs, et la ministre de la Culture, Françoise Nyssen l'avait rappelé au cours de la conférence de presse de présentation du rapport : tout le travail d'ambassadeur d'Erik Orsenna a été fait gracieusement. « Je confirme », avait glissé l'auteur.

 

En attendant, les professionnels espèrent que les économies réalisées seront réinvesties dans la lecture publique...



Ouvrir les bibliothèques de France : Erik Orsenna au rapport


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.