Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le réchauffement planétaire attend toujours sa science-fiction

Antoine Oury - 12.03.2014

Edition - Les maisons - cli-fi - climat - réchauffement planétaire


Avis aux auteurs amateurs d'anticipation, de dystopie ou simplement de récits de catastrophes : les militants de la décroissance, qui proposent un changement radical de mode de vie pour éviter l'épuisement des ressources de notre planète, cherchent de quoi lire. Simple constat : si la science-fiction a étudié nombre de menaces, le climat ne l'a pas vraiment passionné. Jusqu'à maintenant ?

 


Climate Change Camp Protest

Manifestation contre la construction d'un nouvel aéroport à Londres (Andrew, CC BY-SA 2.0)

 

 

Avec une nouvelle génération de lecteurs, la question climatique a pris de l'ampleur sur le marché éditorial, et les spécialistes disposent désormais d'un terme pour désigner des fictions prenant appui sur la menace de modifications irréversibles du climat et de la planète. Il y a déjà une décennie, Bill McKibben, auteur et journaliste spécialiste des questions environnementales, posait la question :

Le réchauffement planétaire n'a pas encore fait naître un Orwell ou un Huxley, un Verne ou un Wells, un 1984 ou Une Guerre des Mondes, ou un film comme Le Dernier Rivage ou Docteur Folamour.

Si le marché de l'édition reste frileux sur la question du réchauffement climatique, les lecteurs se sont organisés et spécialisés : Dan Bloom, un des journalistes qui se consacrent à la critique de ces ouvrages de science-fiction, utilise désormais le terme de cli-fi, soit « climate-fiction ». « En général, je pense que les romans cli-fi considèrent que le réchauffement climatique est réel et efficient, mais il est tout à fait acceptable que des écrivains soit plus sceptiques vis-à-vis du changement climatique, comme Michael Crichton pour État d'Urgence. »

 

Les romans intéressés par ces questions climatiques ne constitueraient pas un genre à part entière, souligne encore Bloom, mais plutôt une sous-catégorie de la science-fiction. Le journaliste estime que les productions littéraires pourraient changer le regard et le comportement des citoyens, et, bien entendu, le plus tôt serait le mieux...

 

Parmi les écrivains qui se sont approchés de la question avec succès, Dan Bloom note les noms de Barbara Kingsolver, Margaret Atwood ou... Isaac Asimov : « Je crois que si Isaac Asimov revenait sur Terre, il écrirait sans doute des romans cli-fi. Dès le début des années 1980, il savait ce que le réchauffement climatique faisait à notre planète. »

 

(via The Conversation)