Le romancier belge André-Marcel Adamek est mort

Clément Solym - 01.09.2011

Edition - Société - adamek - necrologie - rossel


Les éditions Mijade ont communiqué hier la mort de André-Marcel Adamek, de son vrai nom Dammenkens, des suites d’une longue maladie. L’homme a tour à tour été éleveur de chèvres, imprimeur, éditeur, terroriste en puissance, fabricant de jouets, mais surtout écrivain reconnu. 

 
Il avait décroché à 28 ans le prix Rossel, du journal Le Soir, en 1974 pour Le fusil à pétales. Il publia plus d’une vingtaine de romans et recueil entre 1965 et 1989.

 

La Grande Nuit lui valut le prix Marcel Thiry et le prix des Lycéens.

L’histoire captive malgré son goût de déjà-vu. Il s'agit d'un individu qui doit apprendre à vivre dans une ambiance de post-apocalypse nucléaire.

 
L’Oiseau des Morts lui valut le prix triennal de la Communauté française de Belgique. Roman de vie malgré le titre. Celle d’une corneille des premières becquées à la fin.

 
Adamek était fils d’un cheminot flamand et d’une fille de marin normand. Durant son passage dans une maison de jouet, il inventa la crèche parlante et le porte-bouteille superposable.