Le romancier Wodehouse, protecteur d'un agent double et homosexuel

Cécile Mazin - 19.03.2013

Edition - International - Seconde Guerre mondiale - Wodehouse - trahison


Le romancier P.G. Wodehouse n'en finit pas de faire l'actualité. Alors qu'il avait été innocenté plusieurs années après sa mort, accusé alors de trahison, il aurait protégé, durant la Seconde Guerre mondiale, un agent double et homosexuel. L'affaire passionne l'Angleterre, suite à  la publication d'un rapport du gouvernement britannique. 

 

 

 

 

Selon Nigel Williams, auteur de An Innocent Abroad, Mackinstosh Noel, un jardinier anglais homosexuel aurait été interné dans le même camp allemand que celui où Wodehouse avait été détenu. Et serait par ailleurs un agent double, que l'écrivain avait protégé. 

 

En 1940, Wodehouse avait été arrêté par les nazis, et enfermé à Tost, situé dans l'actuelle Pologne. 

 

Or, durant la guerre, il avait accès aux ondes d'une radio allemande, peu après sa libération du camp. Et convaincu par les Allemands de travailler pour eux. Un documentaire qui sera diffusé sur BBC Four ce mois-ci, montre Mackintosh encourageant Wodehouse à diffuser de prétendu messages pro-allemands. Les nazis souhaitaient s'en servir pour tenter de dissuader les États-Unis d'entrer en guerre. 

 

Or, suite à la diffusion de ces messages, Wodehouse avait été fortement critique au Royaume-Uni, au point de voir ses ouvrages interdits dans les librairies. Il devra quitter le pays, pour aller vivre à New York en 1947, avec sa femme. Mort à 93 ans, en 1975, il fut tout de même réhabilité.

 

Et entre temps, le nom de Mackintosh avait lui-même été purgé de tout crime. Le Major Cussen, auteur d'un rapport sur l'activité de Wodehouse avait noté que le romancier était probablement plus coupable de naïveté que de trahison, mais après la Libération, cela n'avait pas changé grand-chose. 

 

Nigel Williams, intervenu à l'occasion de l'Oxford Literary Festival, explique : « Quelle que soit la vérité, il est tragique que ces dernières années, un grand écrivain comique ait été gâché, par les stigmates de la trahison. J'espère que notre film fera comprendre qu'il ne faut jamais accuser personne de quoi que ce soit, sinon d'une certaine idiotie. » (via The Australian)

 

Le film présente en effet une autre version du comportement que l'homme avait pu avoir, notamment en protégeant Mackintoch, qui, au titre d'espion et d'homosexuel, était doublement menacé par le régime nazi...

 

Wodehouse est resté célèbre pour son personnage de majordome, Jeeves, qui avait son patron, Bertram Wooster, à se sortir d'embarassantes situations.