Le Royaume-Uni veut moderniser les bibliothèques, malgré l'austérité

Antoine Oury - 22.12.2014

Edition - Bibliothèques - rapport Sieghart - bibliothèque publique - modernisation Angleterre


Fin 2012, le gouvernement britannique se tournait vers William Sieghart, éditeur et fondateur du prix Forward pour la poésie, pour étudier l'implantation du prêt numérique dans les bibliothèques du pays. Deux ans plus tard, un nouveau rapport a été publié par Sieghart, qui recommande de porter encore un peu plus l'accent sur les ressources numériques et les équipements pour y accéder. Toutefois, il passe rapidement sur les conditions financières, alors que la situation des établissements est délicate.

 


The British Library

La British Library (Steve Cadman, CC BY-SA 2.0)

 

 

Les avis du comité qui signe le rapport sous la direction de William Sieghart sont particulièrement suivis : on retrouve autour de l'éditeur Joanna Trollope, auteure, Stephen Page, le PDG de Faber, ou encore celui de la British Library, Roly Keating. Un ensemble d'acteurs de la chaîne du livre qui font part de leurs avis quant à la modernisation des établissements de prêt.

 

Si l'arrivée du prêt numérique représentait une étape importante, le comité souligne que la période est « critique » dans l'histoire de l'accès à l'information : « Nous allons être confrontés à plusieurs années d'austérité, alors que de nombreux services ont déjà été réduits au maximum », explique William Sieghart. Malgré ces obstacles d'ordre économique, le rapport se veut optimiste et volontariste, et invite ainsi le gouvernement à se munir d'un groupe de travail pour définir la stratégie à adopter pour les années à venir.

 

En effet, si les services apportés par les bibliothèques peuvent changer de support, leur nature reste peu ou prou la même. « Il y a toujours un besoin fort, et une demande de la part des communautés, d'espaces modernes, sécurisés, neutres, flexibles, où des citoyens de tous âges peuvent explorer gratuitement toutes les connaissances du monde, avec l'aide et le savoir des bibliothécaires », rappelle William Sieghart.

 

Parmi les mesures importantes proposées par ce nouveau rapport, on compte la mise en place d'un réseau WiFi consolidé, mais aussi celui d'un portail Web global aux établissements du pays. Dans cette optique de renforcement du réseau, la possibilité d'une carte de bibliothèque nationale est également mise sur la table.

 

Par ailleurs, les prêts de livres numériques à distance seront progressivement intégrés au droit de prêt, Public Lending Right au Royaume-Uni, après une modification de la législation britannique sur la propriété intellectuelle.

 

Le rapport a été globalement bien accueilli par la profession, même si les militants engagés contre les fermetures de bibliothèques dans le pays ont souligné que le document restait très timide quant aux obligations budgétaires du gouvernement. Ainsi, l'implantation du WiFi « pèse pour des cacahuètes dans un budget ministériel », déplore Laura Swaffield, à la tête du mouvement Library Campaign.

 

Le groupe de travail a été constitué par Ed Vaizey, le ministre de la Culture, quelques heures après la publication du rapport. Il est présidé par Paul Blantern, à la tête du Conseil de Comté de Northamptonshire, et livrera son plan de travail au printemps 2015.