Le selfie, véritable drame de George RR Martin, à brûler

Cécile Mazin - 18.08.2014

Edition - Société - selfie internet - Edimbourg festival - Martin Game thrones


La quête de la notoriété qui obsède nombre d'auteurs commence à doucement agacer George RR Martin. À l'occasion du Festival du livre d'Édimbourg, le romancier qui porte la fresque Game of Thrones, se dit ulcéré par les smartphones - et de déplorer la gloire mondiale dont il est aujourd'hui victime. Notamment, les selfies...

 

 

 

 

L'autophoto ou l'egoportrait, plus connu sous le nom de selfie, c'est le moment où l'on réalise son autoportrait, avec son smartphone. Et le grand luxe, c'est qu'une célébrité figure avec vous sur la photo. Pour Martin, cela commence à devenir insupportable. « Si je pouvais frapper dans mes mains et brûler tous les smartphones du monde, je jure que je le ferais ! »

 

Se souvenant que voilà trois ou quatre ans, il pouvait encore se balader dans les rues de la ville avec sa femme, écouter les musiciens qui s'y présentaient, Martin est hors de lui de la célébrité dont il est victime.

 

« Maintenant, trois ou quatre personnes me reconnaissent à chaque coin de rue. Je ne peux plus sortir. Je ne peux plus sortir ; je ne peux pas marcher dans les rues. C'est génial d'avoir ces lecteurs et ces fans, qui, la plupart du temps, sont très sympathiques et disent qu'ils aiment les livres et la série télé. Mais il y en a tellement, et cela ne s'arrête jamais. »

 

Martin est devenu une source d'information de premier ordre : harcelé par son éditeur et les producteurs de la série télé Game of Thrones, Martin multiplie les déclarations dans la presse, pour rassurer tout le monde. La dernière en date est fameuse : « Mais quand je mesure la pression, je dois être conscient que ces livres sont ce sur quoi je serai jugé. Si on lit toujours ces romans dans 50 ans, personne ne dira : “Ce qui est formidable, concernant ce sixième livre, c'est qu'il est sorti dans les temps.” On parlera de la manière dont il a soulevé les foules. »

 

N'empêche que The Winds of Winter est particulièrement attendu. « Il sera fini, quand il sera fini », conclut Martin. (via Guardian)