Le service Amazon Prime : 10 ans de loyales livraisons gratuites

Clément Solym - 04.02.2015

Edition - Economie - Amazon Prime - service premium - prêt livres numériques


Voilà dix ans, fameux anniversaire, Amazon instaurait un outil de livraison gratuite sous deux jours, portant sur un million d'articles. Comme toutes les occasions de célébrer sont bonnes, la firme fournit quelques chiffres sur l'évolution de son service, qui a largement évolué : pour 99 $ annuels, Jeff Bezos en donne plus. Et en prend tout autant.

 

 

 

Le programme d'adhésion porte aujourd'hui sur 20 millions d'articles, et a notamment introduit un accès à 800.000 livres numériques, gratuitement. Tout possesseur de Kindle peut en effet emprunter un ouvrage à la fois, s'en régaler, et enchaîner avec un autre, sans aucune limite. Ce sont également des offres spéciales, des campagnes de réduction ou des conditions d'inscription favorisées pour les étudiants – ils ne payent que 49 $ annuels avec 6 mois gratuits. 

 

Bien entendu, on ne parle pas de vrais chiffres, chez Amazon : le nombre de clients qui ont souscrit, les coûts réels de ce programme pour la firme et le Wall Street Journal a tout de même tenté sa chance. Dans un entretien avec Greg Greeley, vice-président d'Amazon Prime, le journal a cherché à en savoir plus. 

 

Selon les analystes, Prime compterait 40 millions de membres et on parle d'une croissance des adhésions de 53 % en 2014. Pour rendre son service plus convaincant encore, Amazon l'a doublé d'une offre de streaming, en illimité, pour laquelle Bezos aurait dépensé 1,3 milliard $ l'année passée, et des produits disponibles exclusivement sur le site.

 

Mais Greg ne fournit pas de données, rien : la seule chose que l'on apprend (et pas vraiment), c'est l'augmentation du coût du programme aux USA, passé à 79 $. « Beaucoup de concurrents aimeraient savoir » combien de membres compte Prime, évince-t-il. De même, le turn-over n'est pas dévoilé. On communique sur les exclusivités, sur la relation client, parce que le Customer Relationship Management, c'est la raison de vivre d'Amazon. 

 

Bien entendu, pratiquer les prix les plus bas possible est une obsession, mais, là encore, personne n'évoque les pressions exercées sur les fournisseurs pour y parvenir. Et si Prime séduit, c'est nécessairement au détriment d'autres choses : les aménagements opérés, comme l'optimisation fiscale, assidûment pratiquée. Une idée amusante, quand on l'associe au programme Prime Fresh, qui, pour 299 $, permet en plus de tout ce que Prime offre, de pouvoir se procurer fruits et légumes frais. Ou comment les aménagements fiscaux aggravent également la situation des agriculteurs...

 

Alors, adhérer à Prime, pourquoi pas : c'est intéressant pour Amazon, parce que les clients recrutés se mettent à dépenser plus que les autres. Et pour le client ?