Le seul témoignage écrit à Auschwitz, désormais publié en France

Camille Cado - 20.01.2020

Edition - Société - Terminus Auschwitz - Eddy de Wind livre - livre Auschwitz juif


Eindstation Auschwitz : Mijn verhaal vanuit het kamp (1943-1945) a été écrit par Eddy de Wind, un juif hollandais déporté à Auschwitz. Considéré comme le seul témoignage complet écrit entre les murs du plus grand camp d’extermination, l’ouvrage vient d’être publié pour la première fois dans plus d’une dizaine de langues. En France, le livre est sorti le 9 janvier 2020 sous le titre de Terminus Auschwitz d’après la traduction de Marie Hooghe chez Michel Lafon. 

 

Quand la Seconde Guerre mondiale éclate, Eddy de Wind (1916-1987) est le dernier juif hollandais diplômé de médecine à l’université de Leiden, avant l’expulsion d’étudiants et de professeurs juifs des universités néerlandaises par les nazis. Alors que sa mère est emprisonnée dans un camp de "triage", il propose d’y exercer sa profession dans le vain espoir de lui sauver la vie. C’est là qu’il rencontre Friedel, une jeune femme juive qu’il épouse au sein du camp. Quelques mois plus tard, ils sont tous les deux déportés à Auschwitz.

C’est le début d’un enfer auquel ils survivent tant bien que mal. Quand les Allemands commencent leurs funestes « marches de la mort », Eddy de Wind se cache sur place sous une pile de vêtements, trouve un cahier et un stylo puis commence à écrire son histoire, qu’il signera d’un nom différent, Hans van Dam.

Les atrocités du camp, la façon dont l’odeur de la chair brûlante venait enivrer son âme, mais aussi la séparation avec sa femme, emprisonnée à quelques mètres de lui dans le fameux Bloc 10... « Vous êtes fatigué, malade et dégouté de vous-même, parce que vous êtes un être humain et qu’un SS est aussi un être humain », peut-on lire sous sa plume. 
 

Témoignage de mémoires 


Eindstation Auschwitz a été publié en néerlandais pour la première fois en 1946, soit un an après le retour d’Eddy de Wind aux Pays-Bas. À cette époque, l’ouvrage était loin d’être un succès. « Les Pays-Bas reconstruisaient leur pays et il n’y avait pas beaucoup d’intérêt pour l’histoire des Juifs revenus des camps », a expliqué Melcher de Wind, fils de l’auteur.

« Et puis, de toute façon ce genre de titres n’étaient pas les bienvenus. Ils étaient même catégorisés de littérature parasite” ». Depuis la mort d’Eddy Wind en 1987, les membres de sa famille ont redoublé d’efforts pour publier le manuscrit à une plus grande échelle et dans diverses traductions. 

« Ce livre est peut-être le seul récit du camp de la mort de l’Holocauste écrit in situ, en temps réel et non affecté par la décoloration ou des souvenirs inexacts, pas influencé par les histoires ou les rapports communiqués par la suite », a déclaré un autre membre de la famille à Times of Israel

Résumé de Terminus Auschwitz par Michel Lafon : 
 
Prisonnier à Auschwitz, Eddy de Wind, médecin et psychiatre néerlandais, est affecté au baraquement 9 où officie le Dr Mengele, surnommé l’Ange de la mort. Dans le baraquement d’à côté, de prétendus scientifiques conduisent des expériences inhumaines et soumettent les femmes à leurs fantasmes les plus cruels. En 1944, quand l’armée russe approche et que les Allemands forcent les prisonniers aux funestes « marches de la mort », Eddy se cache pour écrire ce qu’il a vu et enduré afin de laisser une trace pour l’Histoire. Terminus Auschwitz est le seul témoignage complet écrit entre les murs du plus grand camp d’extermination du IIIe Reich.
 

L’accomplissement d’une promesse et le besoin d’une rédemption
 

À son retour aux Pays-Bas, Eddy de Wind devient psychiatre et psychanalyste. Il est l’un des premiers à publier des articles sur « le syndrome des survivants ». « Mon père a non seulement souffert de la culpabilité du survivant, mais il a également souffert en enviant les victimes » a repris Melcher de Wind. « Être en vie était pour lui une punition »

Pendant les derniers jours de sa vie, son père a fondu en larmes sur son lit d’hôpital en apprenant le décès d’un patient dans la pièce voisine. « Quand je lui ai demandé pourquoi il pleurait, il m’a répondu que c’était parce que l’autre était décédé alors que lui avait le droit de vivre au moins un jour de plus. [...] Pendant cette période précédant sa mort, il était totalement retourné à Auschwitz » a-t-il expliqué. 

D’Auschwitz… à la littérature :
le parcours d'Imre Kertész


Pour les membres de la famille de l’auteur, la sortie du livre dans toutes ces diverses traductions est l’accomplissement d’une promesse que Wind avait faite en janvier 1945 à une jeune néerlandaise du nom de Roosje. « Ils ne nous croiront jamais en Hollande quand nous reviendrons et leur dirons tout cela » s’inquiétait la jeune femme. Ce à quoi l’auteur aurait répondu : « nous nous rendrons crédibles ». 


[Paru le 09/01/2020] Eddy de Wind (trad. Marie Hooghe) — Terminus Auschwitz — Michel Lafon — 9782749942308 — 18,95 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.