Le Supap-FSU demande à Paris de stopper le WiFI dans les lieux publics

Clément Solym - 20.06.2009

Edition - Bibliothèques - wifi - bibliothèques - principe


Dans un communiqué le syndicat Supap-FSU demande à la mairie de Paris « de débrancher toutes les bornes WiFi dans les bâtiments publics et de privilégier les connexions filaires ».

On se souvient de la polémique qui avait enflammé les bibliothèques municipales suite à des plaintes de certains membres du personnel qui semblaient être sensibles aux ondes électromagnétiques générées par le système WiFi.

La mairie de Paris n'avait pas accepté que le problème du WiFi soit porté devant les comités Hygiène et sécurité (CHS) et avait renvoyé ce problème vers une Conférence Citoyenne.

Celle-ci est composée de treize Parisiens « représentatifs ». Elle aura travaillé durant trois mois sur ce dossier avant de conclure que devant « la complexité du sujet et l’incertitude des données scientifiques » mieux valait appliquer le principe de précaution.

Ainsi, elle prône de favoriser les systèmes filaires par rapport au WiFi, elle demande à ce que les antennes-relais ne se trouvent plus à proximité des écoles et souhaite que le seuil maximal d'exposition aux ondes soit baissé de 2 volts par mètres à 0,6 volt par mètres. Ce qui obligerait, la mairie de Paris à faire de gros réaménagement si elle ne souhaite pas freiner son développement numérique.

Fort de cette décision de la Conférence Citoyenne, le Supap-Fsu compte remettre à l'ordre du jour des CHS l'arrêt du WiFi dans les lieux publics (et notamment les bibliothèques) aux profits de systèmes filaires. Le syndicat indique aussi que la CGT a intégré cette demande pour le prochain CHS de la Direction des Services Techniques et Informatiques qui aura lieu le 29 juin prochain.