Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le Syndicat de la librairie française dénonce la politique d'Amazon

Antoine Oury - 26.09.2013

Edition - Librairies - Syndicat de la librairie française - Amazon - frais de port gratuit


Dans un communiqué, le Syndicat de la librairie française attaque frontalement les tactiques commerciales d'Amazon, et demande au gouvernement et au Parlement de légiférer pour limiter ses possibilités commerciales. Le SLF dénonce notamment la stratégie du dumping, les conditions sociales du géant du Web ou ses techniques d'évasion fiscale.

 


Amazon Kindle 2

Carton d'emballage d'un Kindle d'Amazon (madaise, CC BY-ND 2.0)

 

 

Le titre du communiqué, « Contre le « dumping » d'Amazon, défendons une concurrence juste entre les ventes en ligne et les ventes en magasin », annonce la couleur : le SLF entend rappeler à tous que le premier vendeur de livres du Web ne remplace pas un réseau complet de librairies. 

 

C'est d'abord sur la gratuité des frais de port que le Syndicat attaque : 

En 2012, les frais de port ont représenté pour Amazon, au niveau international et pour l'ensemble des produits un coût de 5,1 milliards de dollars. Sur ce coût global, les frais de port refacturés aux clients n'ont représenté que 2,3 milliards de dollars, soit une perte de plus de 2,8 milliards de dollars. Les projections pour 2013 laissent supposer que cette perte dépassera les 3 milliards de dollars.

Seul Fnac.com, note le communiqué, offre encore la gratuité des frais de port dès le premier euro dépensé, tant cette mesure commerciale est « financièrement intenable économiquement » (sic).

 

Par ailleurs, la gratuité des frais de port, remarque le SLF, n'est maintenue que dans les pays où le prix du livre est unique, selon les lois en vigueur dans le pays : « Ces pratiques attestent que la gratuité des frais de port, telle que pratiquée par Amazon en France, vise bien à contourner le prix unique du livre en offrant un rabais supérieur aux 5 % autorisés par la loi. »

 

« C'est une position de domination absolue sur le marché de la distribution que recherche Amazon à travers cette stratégie. Cette stratégie a déjà fait des victimes : la chaîne Borders aux États-Unis, Virgin en France », précise le SLF, tableau à l'appui.

 

 

Source : rapport annuel d'Amazon 2012 - http://www.annualreports.com/Company/1755

 

 

Vient ensuite le redressement fiscal dont fait l'objet le site de e-commerce : « En intégrant les années 2011, 2012 et 2013, l'impact financier de l'évasion fiscale mise en place par Amazon est estimé à près d'un demi-milliard d'euros. Amazon est également sous le coup de procédures fiscales au Japon, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Chine et même au Luxembourg. » Le communiqué note que les frais de port gratuits sont indirectement payés par le consommateur, via les impôts...

 

Sur le plan de l'emploi, rappelle le SLF, « la librairie indépendante génère 18 fois plus d'emplois que la vente en ligne », dans des conditions autres que celles réservées aux employés d'Amazon, qui ne sont pas les plus heureux au travail...

 

Enfin, le SLF note que près de 500 librairies françaises ont investi Internet pour y vendre des livres, en précisant que cette activité est rendue plus difficile par la concurrence d'Amazon, encore une fois. Contrairement à la multinationale, les libraires ne peuvent en effet pas se permettre d'offrir les frais de port dès le premier euro dépensé.

 

  Communiqué du SLF contre le dumping d'Amazon by ActuaLitté