medias

Le Tea Party condamne un livre jeunesse

- 12.12.2012

Edition - Société - Liberty News - Tea Party - Obama


Le Tea Party, mouvement hétéroclite regroupant libertaires et ultra-conservateurs, vient de dire tout le bien qu'il pense d'un livre pour enfants consacré à l'anarchie. Le livre s'appelle A Rule is to break : A Child's Guide to Anarchy et a été publié le mois dernier par une petite maison d'édition de San Francisco, Manic D Press. Les auteurs, John Seven and Jana Christy, mari et femme, y livrent l'histoire de Wild Child, qui apprend à être elle-même.

 

 

 

 

Le livre, d'abord publié à compte d'auteur, recense quelques conseils pour penser par soi-même et développer son autonomie. De toute évidence, il ne s'agit pas d'un manifeste politique prônant la destruction violente de l'Autorité. En fait, c'est même plutôt mignon : « Ne fais pas comme tout le monde », « Fais de la peinture sur ta télévision » ou encore « Utilise ton cerveau ». En gros, un livre inoffensif pour encourager les petits à exprimer leur personnalité dans un monde où l'uniformisation des comportements a tendance à se renforcer.

 

Mais à en croire la réaction d'un organe d'information (à prendre dans un sens très large) affilié au Tea Party, Liberty News, le livre pourrait conduire les petites têtes blondes qui auraient le malheur de le lire à devenir des Bakounine en herbe. Passons sur le côté contradictoire de ce jugement d'un certain Eric Odom : le Tea Party a précisément pour but de réduire le pouvoir de l'Etat fédéral et il développe des positions quasi anarchistes, mais passons.

 

Car ce n'est pas ce qui les dérange plus. Bill Ayers, un ami d'Obama, a eu la mauvaise idée de dire du bien du livre. Ayers travaille dans la pédagogie mais Eric Odom décidément inspiré fait de lui « un terroriste gauchiste radical » : beaucoup pour un seul homme, et même en France, patrie de l'extrême gauche, on n'a pas encore vu quelqu'un répondant à ce signalement.

 

Entre lui et Obama, il n'y avait qu'un pas à faire, et bien sûr l'article le franchit en conclusion : « Si l'on peut juger une personne en fonction de ses amis, que faut-il penser d'Obama ? » Ou comment déduire de la publication d'un livre pour enfants qu'Obama est un terroriste.

 

L'éditeur n'est pas dérangé par cette petite polémique. Au contraire, elle devrait booster les ventes de l'ouvrage.