Le travail dominical devrait être validé pour la Fnac

Elodie Pinguet - 04.01.2017

Edition - Economie - travail dominical - syndicats Fnac - Fnac ouverture dimanche


De nouvelles négociations autour du travail dominical des magasins Fnac vont s'ouvrir ce 5 janvier 2017. Le but étant bien évidemment de faire appliquer l’accord de juillet dernier. Jusque-là majoritaire, l’opposition formée par la CGT, SUD et FO se retrouve détrônée suite aux dernières élections professionnelles.

 

JulienB, CC BY NC SA 2.0

 

 

Après l’enseigne Printemps, qui a conclu l’année 2016 avec la signature d’un accord sur le travail dominical, c’est la Fnac qui devrait bientôt rejoindre les rangs. En effet le groupe avait annoncé de nouvelles négociations avec les syndicats en ce début 2017, les 5 et 6 janvier.

 

En ce début d’année, de nouvelles cartes semblent s’abattre en faveur du travail dominical. Le 5 juillet 2016, un accord avait été signé par CFE-CGC, CFDT et CFTC, mais la CGT, SUD et FO, majoritaires, s’étaient opposés et avaient rejeté l’accord

 

Seulement voilà, d’après les nouvelles élections professionnelles qui s’appliquent depuis le 1er janvier, les forces en présence sont inversées. Ainsi la CGT est présente à 35,59 % et SUD à 12,66 %. De leur côté la CFTC représente 27,78 %, CFDT est à 17,86 % tandis que CFE-CGC est à 6,11 %. Au total ils deviennent majoritaires à presque 52 %.

 

D’après la loi travail d’El-Khomri un accord doit s’appliquer si les syndicats qui le signent représentent 50 % des suffrages. Si ces nouveaux dominants ne changent pas d’avis, l’accord sur le travail dominical de la Fnac devrait bientôt rentrer en vigueur.

 

Cette nouvelle position devrait leur permettre de renégocier le texte, notamment dans le domaine des créations d’emplois où le taux de 2,6 % est jugé insuffisant. Pour Bruno Marc, délégué syndical, « il faut trouver un dispositif qui permettrait d’adapter les effectifs de façon périodique ».

 

Une inégalité salariale déjà présente à la Fnac

 

Rappelons-le, l’établissement de l’accord sur le travail dominical fait suite à la loi Macron, autorisant les commerces non alimentaires à ouvrir 12 dimanches par an, appelés « dimanche du maire ». Cette loi met également en avant des Zones touristiques internationales (ZTI) où il sera possible d’ouvrir tous les dimanches de l’année, soit 52 dimanches. 

 

Ces nouvelles mesures sont soumises à des accords qui doivent prévoir des contreparties pour les employés. Ainsi, à la Fnac, l’accord établi prévoyait une rémunération dans les ZTI de 300 % pour les 12 dimanches les plus rentables et 200 % pour les 40 autres. Le volontariat devait également être respecté.

 

Il n’est pas précisé si le cas très particulier des Champs-Élysées prendra place lors des négociations. Souvenez-vous que depuis le 3 décembre, les salariés sont en grève, car, malgré l’ouverture dominicale de leur magasin toute l'année, ils sont constamment moins payés le dimanche que leurs autres collègues. De plus, ils ne bénéficient pas de repos compensateur.

 

Il est possible de se dire que la signature de l’accord devrait permettre de régulariser la situation aux Champs-Élysées et d’aligner les avantages du magasin sur les autres de l’enseigne. De plus, en cas de validation, il ne devrait plus être le seul magasin Fnac à ouvrir toute l’année. Il serait rejoint par celui de Saint-Lazare, Les Halles, Bercy et même Italie 2, des magasins situés en ZTI.

 

Via Challenges