Le vice-président de Georges Bush fait imploser Washington

Clément Solym - 30.08.2011

Edition - Les maisons - dick - cheney - mémoires


Dick Cheney en sait un bon morceau... Du 20 janvier 2001 à janvier 2009, il fut le 46e vice-président des États-Unis, sous les ordres de George Deubeuliou Bush. Alors en matière de confidences, il en a sûrement deux ou trois de réserve.

Alors, forcément, quand il annonce la sortie d'un ouvrage, In My Time, à sortir aujourd'hui outre-Atlantique, la terre pourrait presque trembler. Il assure même que des têtes pourraient exploser un peu partout dans la capitale étatsunienne, rapporte l'agence Reuters.

Il n'y a guère eu que l'ancien secrétaire d'État, Colin Powell, pour contester ces assertions au cours d'un talk-show, rejetant les menaces de Cheney, et minimisant l'impact que le livre pourrait avoir sur les personnalités de Washington.

Il faut préciser que les deux hommes ne se sont jamais trop entendus. Sur la question de la guerre en Iraq, par exemple, leur différent était notable. Powell avait par exemple expliqué au président que son équipe en charge de la sécurité nationale fonctionnait assez moyennement, et lui avait conseillé de résoudre au plus vite le problème.

Selon plusieurs avis émis dans la presse américaine, le livre de Cheney fait état de différentes 'anecdotes' politiques, notamment sur la question des armes de destructions massives en Iraq. Cheney raconte un incident durant lequel Condoleezza Rice a fondu en larmes, littéralement, admettant que le vice-président avait eu raison de s'opposer à ce que le gouvernement présente des excuses publiques sur le sujet.

Au fil des 500 pages que Dick a rédigées avec sa fille, il ne bouge pas de ses positions anciennes, assume pleinement d'avoir été un con, et montre une fidélité exemplaire - voire canine - à l'égard de W. Bush. (voir aussi Le NY Times pour d'autres approches...)


Crédit photo Al.mil