Lecteurs-correcteurs : comme la Nature, Harlequin a horreur du vide

Clément Solym - 11.10.2012

Edition - Justice - éditions Harlequin - lecteurs correcteurs - décompte des signes


Information ActuaLitté : Si les éditions Harlequin reçoivent rarement les honneurs de la critique, leur production est connue de par le monde, pourvoyant des histoires à l'eau de rose dans toutes les langues. Filiale du groupe Hachette, dotée de nombreuses collections (Azur, Audace, Passion, Prélude...), la maison n'est pas vraiment au bord du dépôt de bilan... Et pourtant, les correcteurs qu'elle emploie ont vu leur rétribution diminuée et leur travail dévalué.

 

 

Harlequin

Harlequin à New York, AudreyH, CC BY-NC-SA 2.0

 

 

Sept correcteurs ont assigné les éditions Harlequin pour avoir gentiment biaisé leur contrat : jusqu'en 2007, les employés étaient rémunérés à la page corrigée, jusqu'à ce que l'article IV de la Convention collective soit appliqué : 

Le correcteur à domicile, tel qu'il est défini à l'article 1er, est rémunéré sur la base de 12.000 signes à l'heure pour la lecture avec copie et de 15 000 signes à l'heure pour la lecture sans copie pour les travaux courants, et au nombre d'heures déclarées en conscience pour les autres travaux.

 

En complément à ces nouvelles conditions, Harlequin communique à ces lecteurs-correcteurs de nouvelles dispositions... assez spéciales : 

 

- les collections rémunérées sur une base forfaitaire (calculée à partir du nombre moyen de signes par collection) : Audace, Azur, Black Rose, Blanche, Historiques, Horizon, Passions.
- Les collections rémunérées en fonction du nombre de signes à corriger. Le coût retenu est de 0,68 € pour 1000 signes.

 

Mais l'éditeur ajoute encore une autre subtilité à ces considérations d'experts-comptables : les espaces ne sont pas décomptés dans le bulletin de salaire mensuel : pourtant, ces derniers représentent près de 20 % d'un texte, partie sur laquelle des corrections s'appliquent pourtant, et non des moindres (espaces insécables, suppression, ajout...).

 

Les correcteurs à domicile, extérieurs à l'entreprise, ont été les premiers à revendiquer la prise en compte des espaces dans leur rémunération : le 10 février 2010, un accord est conclu entre la direction et la CFDT, la première acceptant de prendre en compte les espaces en échange toutefois d'une baisse du taux horaire des correcteurs concernés. En cas de refus, les espaces ne sont pas pris en compte.

 

La méthode Harlequin est facilitée par le télétravail : depuis leur domicile, la relation avec l'employeur est faussée, par des problèmes techniques (les messages de l'employé étaient considérés comme des « spams » par le fournisseur d'accès de la direction) ou communicationnels (une conversation téléphonique aurait été déformée, ou du moins comprise selon ses propres termes par chaque partie). Sans oublier l'absence d'entretiens d'évaluations annuels avec l'employeur, nécessaire à l'exposition, et si possible à la résolution, des griefs de chacun.

 

Le cas récent de Berger-Levrault, accusé de non-respect des droits du lecteur-correcteur, se développe bien sûr dans des conditions différentes, (voir notre actualitté) mais la conclusion est pratiquement la même : la dématérialisation du rapport employé-employeur, les textes équivoques et les petits arrangements avec les réglementations du métier, pourtant fournies par les conventions collectives.

 

Finalement, sept correcteurs seront dédommagés par Harlequin, avec des variations à la hauteur des dommages subis par chacun. Nous publions une copie d'un des jugements, le nom de l'employé ayant été caviardé pour ne pas porter préjudice à la suite de sa carrière.

 

Jugement Harlequin




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.