Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Lecteurs menteurs : agrandir sa bibliothèque, selon les situations

Nicolas Gary - 06.09.2013

Edition - International - classiques littéraires - mensonge - culture


Les classiques de la littérature qui ont forgé la culture commune d'un peuple... personne ne les lit. Enfin, presque personne. Une étude britannique indique que 62 % des citoyens assurent avoir lu les grands classiques, pour paraître plus intelligents. Sauf qu'en réalité, ils n'ont jamais ouvert la moindre page de ces ouvrages. 

 

 

 

Une équipe de chercheurs a mis en exergue, après examen d'un panel de 2000 personnes, que si le fric, c'est chic, le classique, c'est encore plus chic pour briller en société, à 78 %. Et pour donner le change, 42 % des répondants ont recours aux adaptations cinématographiques pour peupler les trous de leur gruyère culturel. Ils parcourent également des résumés d'oeuvres trouvés sur la toile pour feindre d'avoir une vaste connaissance des livres en question. 

 

Chose plus amusante encore, la moitié des adultes sollicités affirment qu'ils ont ces livres classiques sur leur tablette, mais qu'ils ne les ont même pas ouverts. Voici la liste des 10 titres que les Britanniques affirment avoir lus, et qu'ils évoquent pour faire forte impression : 

 

1984 de George Orwell - 26%

Guerre et Paix de Léon Tolstoï - 19%

Les grandes espérances de Charles Dickens - 18%

L'attrape-coeurs de J D Salinger - 15%

Un passage vers l'Inde par E M Forster - 12%

Le Seigneur des Anneaux par J R R Tolkien - 11%

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee - 10%

Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski - 8%

Orgueil et préjugé de Jane Austen - 8%

Jane Eyre de Charlotte Brontë - 5%

 

La Bible et l'Odyssée récoltent 3 % de mauvaises réponses, et Les Hauts de Hurlevent 2 %. Pas assez pour faire partie des titres que l'on prétend avoir aimés. 

 

Pour se donner une meilleure contenance encore, les Britanniques se montrent fourbes au point de mémoriser quelques citations piochées dans certains livres, et les laisser tomber au milieu d'une conversation. Ils ont également tendance à vanter une solide connaissance de langues étrangères pour s'assurer une plus grande prestance. De même, ils s'emploient à corriger des fautes grammaticales commises par leurs interlocuteurs. 

 

Quelques différences géographiques apparaissent également : les habitants du Sud-ouest et de l'ouest du pays sont plus susceptibles de prétendre avoir lu les oeuvres. 

 

Pour Jo Hemmings, psychologue comportemental, cette étude montre « qu'être cultivé n'a jamais été aussi sexy et la grande majorité d'entre nous travaille dur pour paraître plus intelligents que nous ne le sommes réellement ». Selon lui, des séries télé populaires comme The Big Bang Theory ont valorisé cette approche : afin de ne pas passer pour le ringard de service, nous aurions tendance à exagérer l'étendue réelle de nos savoirs.

 

Enfin... uniquement chez les Britanniques, bien entendu.