Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Lecture en prison : de la résidence d’écrivain à l'engagement des bibliothèques

Auteur invité - 04.08.2017

Edition - Société - prison lecture Bretagne - bibliothèque publique prison - livres partage lecture


Les collectivités locales sont des partenaires indispensables : sans leur engagement il n’y aurait pas de partenariat avec les bibliothèques publiques, pour permettre l’essor de la lecture en prison. Cette implication des bibliothèques publiques découle d’un partenariat fondamental.


prison
the euskadi 11, CC BY SA 2.0

 

Christian Daniel est adjoint à la culture, à la vie associative et à la démocratie locale, à la mairie de Saint-Brieuc. Élu référent, il assiste aux réunions concernant l’accès à la lecture des publics dits « empêchés » et tient à affirmer la volonté politique de l’équipe municipale dans ce sens. « En 2014-2015, la Ville de Saint-Brieuc a organisé des ateliers de la culture qui ont permis d’identifier les publics éloignés du livre et de la lecture. Puis, nous avons mis en place des actions et travaillé sur des partenariats qui ont débouché, notamment, sur une action permanente en direction des détenus de la maison d’arrêt. »

En l’occurrence, les partenaires principaux sont la bibliothèque municipale André Malraux et le Spip. « Mais dans les actions régulières s’investissent aussi le théâtre du Totem et l’association Bois Ludik, qui a réalisé avec les détenus le mobilier de l’opération Quartier Livre. L’accès à la lecture pour tous est vraiment au cœur de notre poli tique culturelle. C’est aussi pour cela que nous avons opté, dès 2008, pour la gratuité de l’accès à la bibliothèque, et que nous avons créé, au niveau de l’agglomération, le réseau des bibliothèques de la Baie qui permet d’accéder à un fonds très important et de le faire circuler.
 

Quartier Livre : un projet régional de prévention de l’illettrisme en prison


Quant à nos actions en direction de la maison d’arrêt, nous tenons à les mettre en valeur, à inclure cela dans notre bilan de l’année, à travailler sur la construction d’une programmation, notamment avec des interventions d’auteurs, à alimenter le budget de fonctionnement des bibliothèques dans ce sens, et à en informer la population. Par exemple, lorsque Laurence Vilaine est venue en résidence, elle est intervenue à la fois en prison et en bibliothèque. Et nous avons été porteurs de cette résidence. »

 

La résidence d’écrivain à la Maison d’arrêt, portée par la bibliothèque


Dans le cadre du projet régional Quartier Livre, il a été décidé de proposer une résidence d’écrivain, pour aller plus loin encore sur « la réappropriation de l’écrit » avec un groupe de détenus. C’est la Maison d’arrêt de Saint-Brieuc qui s’est imposée comme lieu d’accueil de cette opération, par la force du partenariat avec la bibliothèque municipale, qui a porté cette résidence, ce qui est assez exceptionnel pour être souligné.

La Région Bretagne a apporté un soutien financier, ce qui est également remarquable, de par l’implication nouvelle d’un autre échelon de collectivité locale.

Après lancement d’un appel à auteurs, c’est l’auteure nantaise Laurence Vilaine qui a été retenue pour être en résidence à Saint-Brieuc du 26 avril au 3 juin 2016, auprès des détenus de la Maison d’arrêt. La présence d’un auteur dans le milieu pénitentiaire pendant une durée aussi longue est elle aussi exceptionnelle, et a nécessité un accompagnement très important.
 

Lire en prison : reconnaître un “droit à la lecture” pour chaque personne détenue


La résidence a été un grand succès, Laurence ayant su constituer un groupe de détenus important et régulier, groupe qui s’est renforcé au fil des semaines (ce qui est rare en détention). Pendant les ateliers en détention, les détenus ont travaillé sur l’écriture, ont pu peu à peu approcher le plaisir des textes. Après avoir écrit et travaillé sur leurs textes, ils ont pu aller jusqu’à la mise en voix de leurs propres textes.

Un CD a été enregistré. La restitution publique de la résidence s’est tenue le 1er décembre 2016 dans les locaux de la Bibliothèque André Malraux de Saint-Brieuc, avec écoute des textes des détenus et lecture d’un texte écrit par Laurence pour la résidence. Un film relatant l’expérience a été réalisé dans le cadre du canal vidéo interne de la maison d’arrêt.
 

par Gérard Alle

 

en partenariat avec Livre et lecture en Bretagne