Légère baisse des revenus pour l'édition américaine en 2015, mais pas d'inquiétude

Antoine Oury - 11.07.2016

Edition - Economie - édition États-Unis revenus - Association of American Publishers - aap statshot


Le rapport annuel de l'Association of American Publishers, Association des éditeurs américains, indique un chiffre d'affaires de 27,78 milliards $ pour l'année 2015, contre 27,96 milliards $ en 2014. Si les ventes de livres adultes ont repris du poil de la bête avec quelques best-sellers, les livres pour la jeunesse et les ebooks encaissent un léger recul des ventes.

 

Livres papier

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Les résultats de ce Statshot annuel de l'AAP se basent sur un vaste sondage mené par l'organisation auprès d'environ 1800 maisons. Notons d'emblée que ces statistiques reposent sur les données distributeurs, et non les sorties de caisse, ce qui signifie qu'elles auront tendance à être plus élevées que la réalité... Par ailleurs, ces statistiques ne prennent pas en compte l'autopublication. Enfin, les chiffres englobent tous types de livres, depuis les publications grand public au matériel scolaire et aux ouvrages professionnels.

 

Si la baisse des ventes, en valeur, est de 0,6 % entre les ventes de 2014 et celles de 2015, les volumes enregistrent une légère hausse, de 0,5 %, passant de 2,70 milliards d'exemplaires vendus à 2,71 milliards. Selon l'AAP, la baisse des revenus serait principalement due au marché de l'éducation, dont les revenus pèsent pour 1/3 du total de l'édition américaine.

 

Les livres adultes reprennent donc du poil de la bête, avec 6 % de hausse sur l'année 2015, grâce à des best-sellers comme The Girl on the Train de Paula Hawkins et Go Set a Watchman, le livre inédit d'Harper Lee. Les revenus passent ainsi de 9,87 milliards $ en 2014 à 10,47 milliards $ en 2015 : si la fiction s'en sort bien, c'est la non-fiction qui reste le moteur, principalement grâce aux livres de coloriage, la grande tendance de l'année.

 

Les ventes de livres audio sont en augmentation de 45,9 %, de hardback (équivalent du grand format, avec couverture rigide) de 15,1 % et de paperback de 9,1 %. La tendance est donc à la hausse pour le livre papier.

 

Young Adults, un secteur qui voit rouge

 

À l'inverse, le chiffre d'affaires des livres jeunes adultes et jeunesse est en baisse, à 4,27 milliards $ en 2015 contre 4,42 milliards $ en 2014. Les ouvrages cartonnés se sont le mieux vendus (en hausse de 14 %), devant l'audio (+ 1,2 %) et le hardback (+ 1 %). Le secteur a clairement passé une mauvaise année, avec une baisse du volume vendu de 35 % par rapport à 2014 qui, cela dit, avait été exceptionnelle pour le secteur.

 

Le livre audio reste définitivement LE format de 2015 : l'AAP signale que l'audio téléchargé a doublé ses revenus par rapport à 2012, de 299 millions $ à 552 millions $ en 2015. 

 

Le livre numérique, lui, pâtit d'une nouvelle baisse après celle de 2014, avec un recul des revenus de 11,3 % pour atteindre 2,84 milliards $. En 2013, le format pesait 3,24 milliards $. Les volumes de vente sont aussi en baisse, et le numérique représente 17,3 % des ventes, en volume. Notons à nouveau que ces chiffres ne tiennent pas du tout compte de l'autopublication, et que la baisse des ventes a été clairement identifiée comme la conséquence d'une politique générale de prix à la hausse menée par les éditeurs américains.

 

Les ventes en ligne représentent 37,4 % des ventes totales du secteur de l'édition, avec 806 millions d'exemplaires vendus en 2015. Malgré tout, les ventes en librairies augmentent d'1,8 %, soit 4,15 milliards $ de revenus générés contre 4,08 milliards $ en 2014. 610 millions d'exemplaires ont été écoulés par ce canal, qui représente 26,2 % des revenus des éditeurs.