Leonora Carrington, confrontée à la guerre et les fous

Clément Solym - 31.05.2011

Edition - Société - leonoroa - carrington - guerre


Peintre, sculptrice surréaliste est décédé des conséquences d'une maladie respiratoire, à Mexico, le 26 mai dernier, avait annoncé le Conseil national mexicain de la culture (Conaculta).

« Elle n'a jamais été folle. Elle fut confrontée à la guerre et les fous furent ceux qui ne comprirent pas les dangers de la guerre qu'elle avait entrevues », expliquait Elena Poniatowska, écrivaine mexicaine, à l'AFP.

Pour le ministre de la Culture, cette annonce est une véritable tragédie.

Avec Leonora Carrington, disparaît à 94 ans, le dernier témoin et complice de l’aventure surréaliste.

Compagne de Max Ernst, peintre prolixe et auteur de récits magnifiques, cette grande dame nous laisse une œuvre à l’image de sa vie : bouleversante et contrastée.

Ses nombreux tableaux et collages, aujourd’hui très cotés sur le marché de l’art, mêlent les souvenirs heureux du surréalisme, l’époque parisienne, la séparation douloureuse et la vie recommencée à Mexico depuis plus d’un demi-siècle.

Sa riche vie fut celle d’une grande dame, d’une femme hors du commun qui a su vaincre la folie et en livrer un document unique : En bas, face sombre d’une œuvre romanesque aux couleurs du monde.