Les 3 pires ennemis des bibliothèques : séismes, politique et institutions

Nicolas Gary - 01.12.2016

Edition - Bibliothèques - Internet Archive Trump - Internet Archive wayback - Internet Archive Canada


La bibliothèque d’Alexandrie est avant tout connue... pour sa tragique disparition. Parce que le lieu était devenu un symbole de culture et de partage, son rayonnement était assuré. Et de même, « le web a besoin d’une mémoire ». Or, quand cette dernière décide de se mettre à l’abri, c’est que la situation n’est pas des plus réjouissantes.

 

 

 

L’Internet Archive est un espace de sauvegarde et de préservation des ressources du net. Organisme à but non lucratif, il archive le web et depuis la Californie où il est basé, travaille également à réaliser une bibliothèque numérique globale. On y retrouve des captures à un instant T d’internet, mais également de logiciels, de films, de livres et d’enregistrement audio... En somme, une bibliothèque d’Alexandrie moderne – et particulièrement pratique. 

 

D’autant que IA, de son petit nom, joue vraiment sur cette notion alexandrine de conservation d’un patrimoine dématérialisé – et travaille notamment avec la Bibliotheca Alexandrina, située en Égypte. Voilà pour le contexte brièvement esquissé. 

 

Bref, comme toute bibliothèque, Internet Archive redoute tout particulièrement : « Les séismes, les régimes politiques, les insuffisances institutionnelles », trois menaces directement braquées sur la pérennité de leur action. Et pour s’assurer de ne pas être bloqué sur un territoire, IA a pour intention de quitter les États-Unis.

 

« Le 9 novembre, en Amérique, nous nous sommes réveillés avec une nouvelle administration promettant un changement radical. C’était un rappel clair que des programmes comme le nôtre, construit dans le long terme, ont besoin de se réinventer pour appréhender le changement. » En somme, l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche file des boutons à tout le monde... même des boutons numériques.

 

Pour maintenir son activité, IA a besoin de latitude et surtout que l’on ne vienne pas fouiller dans ses archives, pour tenter de démasquer ou traquer des internautes. « [N]ous luttons pour protéger la vie privée de nos lecteurs dans le monde numérique », souligne IA.

 

 

 

Et parfois, ce sont des lecteurs au sens strict : IA dispose d’une base de données de 3 millions de livres numériques gratuitement accessible, pour les millions d’utilisateurs d’Open Library, à travers le monde. Mais sa propre collection recense plus de 8 millions d’ouvrages... 

 

C’est pour conserver cette indépendance salutaire, autant que pour marquer son désaccord vis-à-vis de l’administration Trump qui est en cours de constitution, que IA décide de s’exporter au Canada. Il est possible, depuis cette adresse, de faire un don pour que le projet se concrétise.

 

« Nous pouvons faire tout cela parce que nous sommes indépendants, grâce au large soutien de bon nombre d’entre vous. Internet Archive est une bibliothèque à but non lucratif, construite sur la confiance. » Le projet de migration coûtera des millions de dollars : les bonnes volontés sont attendues...