Les achats de Noël en douceur : les libraires indés lancent Civilised Saturday

Julie Torterolo - 18.11.2015

Edition - International - Civilised Saturday - Black Friday - libraires indé


Chaque année, le vendredi précédant Thanksgiving engendre la même scène : des centaines de personnes se ruant dans les magasins. Tous ont un seul but : profiter du Black Friday — lançant les campagnes promotionnelles de Noël. Face à la frénésie occasionnée, les libraires anglais ont décidé de proposer une alternative, tout en douceur... le Civilised Saturday (samedi civilisée). 

 

 

 

Le Black Friday, se déroulant le vendredi 27 novembre, pourrait bien être malmené cette année. En plus des polémiques sur son nom en France, risquant de trop à rappeler les attaques terroristes de ce vendredi 13 novembre, les libraires indépendants anglais ont décidé de proposer un contrepoint. 

 

Le Civilised Saturday  — se présentant comme « l’antithèse du Black Friday » — propose alors des événements et promotions dès le lendemain, dans une ambiance « civilisée », voire « douce ». Une manière de lutter et d’amener un peu d’apaisement contre la folie que peut engendrer la société de consommation. Un credo chez les libraires indé dont certains sont déjà adeptes du « Slow reading » — phénomène lancé l’année dernière à Wellington qui invite les lecteurs à se couper des smartphones, tablettes et réseaux sociaux, tout autant que du rythme de vie que le monde moderne impose, pour lire en paix. 

 

Ainsi, avec le Civilised Saturday, plusieurs librairies indépendantes anglaises — impulsées et soutenues par the Booksellers Association et Book are my Bag — organiseront par exemple des Tea party avec musique, accompagné bien sûr de promotions. « Nous allons avoir un agréable après-midi à la librairie, la célébration, la distribution de prosecco et, dans l’après-midi, nous aurons un thé l’après-midi, distribuant des gâteaux et du café frais.

 

Je pense que Civilised Saturday est une belle idée pour être l’antithèse de Black Friday, surtout pour une petite boutique. Les clients s’attendent à avoir des rabais considérables pendant le Black Friday et les petits commerces ne peuvent pas leur offrir », a ainsi expliqué au Bookseller, Jasmine Denholme de Wenlock Books à Shropshire (Angleterre).

 

 

 

Pour ces professionnels du livre, qui ne peuvent concurrencer les géants comme Amazon, « il n’y a d'ailleurs aucune preuve que les Black Friday ont amené plus de clients », témoigne le directeur marketing de Foyle, Simon Heafield. 

 

L'analyste Nick Bubbe surenchérit et tire la sonnette d’alarme du Black Friday, mais aussi du Civilised Saturday — qu’il qualifie tout de même de « très bonne idée ». Avec de telles opérations, les clients s’attendent à profiter des promotions pendant tout le mois décembre. « Il réduit la volonté des consommateurs de payer le plein prix en décembre », a-t-il déclaré auprès de Bookseller. 

 

Il faut dire que le Black Friday prend de l’ampleur en Angleterre (comme en France) et engendre des effets de foules. Selon The Bookseller, cette année devait être le plus grand Black Friday au Royaume-Uni, avec plus 1 milliard £ de chiffre d’affaires attendu. À titre d’exemple : Amazon outre-Atlantique avait annoncé, l’année dernière, des ventes trois fois supérieurs à celle de l’année passée, avec une quatre fois plus de ventes de Kindle

 

Loin de ces prétentions-là, les libraires veulent juste jouer sur leur force : l’indépendance... jusqu’à choisir une manière douce d’affronter la vague d’achat de Noël.