Les admirateurs de Ken Kesey se dressent contre un projet immobilier

Antoine Oury - 20.01.2016

Edition - Société - Ken Kesey auteur LSD - Merry Pranksters - projet immobilier Oregon


La ville d'Eugene, dans l'Oregon, devient le théâtre d'un affrontement sans merci, entre les partisans de Ken Kesey, l'auteur shooté au LSD, et des agents immobiliers. Ces derniers souhaitent construire un vaste complexe d'appartements ultra-modernes, pour accueillir de jeunes technophiles et donner un coup de fouet à l'économie locale. Évidemment, ce sont aussi deux conceptions du monde qui s'affrontent.

 

Kesey Statue #1

La statut de Kesey, sur Willamette Plaza à Eugene (Russ, CC BY-ND 2.0)

 

 

L'auteur de Vol au-dessus d'un nid de coucou ou Et quelquefois j'ai comme une grande idée reste un auteur très respecté des années 1960 et un résident parfois indésirable des écrits de Tom Wolfe ou Hunter S. Thompson. Le fondateur des Merry Pranksters, ce groupe de joyeux lurons constamment sous substances hallucinogènes a laissé un héritage littéraire, mais aussi philosophique, qui copule joyeusement avec les yippies d'Abbie Hoffman.

 

Sur Willamette Plaza, à Eugene, ville où l'écrivain est décédé, on découvre donc une statue de bronze de Kesey, qui fait la lecture à deux enfants et une jeune femme. Le conseil municipal de la ville va soumettre au vote la construction de ces complexes immobiliers, qui changeront considérablement le paysage et la configuration actuelle de la ville.

 

La ville serait victime d'une « technologisation », d'après les détracteurs, qui condamneraient les résidents, boutiques et institutions culturelles. Les défenseurs de la « Kesey Plaza » mettent en avant cette large place comme un lieu de rassemblement familial, quand l'autre camp, celui de « Broadway Plaza » rétorque qu'à la nuit tombée, cet espace et les rues environnantes deviennent de véritables guet-apens.

 

La statue, dans le cas où le projet serait mis en place, se retrouverait déplacée de quelques mètres, dans un angle de rue. La veuve de Kesey, Faye, a laissé la décision à la ville et ses habitants, et ne se prononce pas, « tant que la statue est accessible en permanence au public ». 

 

Les partisans d'une protection totale pour le Kensey Square se succèdent devant la statue, en allumant des pétards comme autant de cierges à leur idole, d'autant plus que la marijuana est légale depuis peu. « C'est notre George Washington » explique Jennifer Barnes, qui se présente comme une Merry Prankster moderne. « Il représente notre culture, notre histoire. »

 

 

(via Wall Street Journal)


Pour approfondir

Editeur : Monsieur Toussaint Louverture
Genre : littÉrature...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9791090724068

Et quelquefois j'ai comme une grande idée

de Ken Kesey (Auteur) Antoine Cazé(Traducteur)

Alors que la grève installée à Wakonda étrangle cette petite ville forestière de l'Oregon, un clan de bûcherons, les Stampers, bravent l'autorité du syndicat, la vindicte populaire et la violence d'une nature à la beauté sans limite. Mené par Henry, le patriarche incontrôlable, et son fils, l'indestructible Hank, les Stampers serrent les rang. Mais c'est sans compter sur le retour, après des années d'absence, de Lee, le cadet introverti et rêveur, dont le seul dessein est d'assouvir une vengeance. Au-delà des rivalités

J'achète ce livre grand format à 17.15 €