Les Anglais et les livres : pas question de s'en séparer

Clément Solym - 08.03.2008

Edition - Société - sondage - livres - numériques


Un sondage a été réalisé en janvier dernier par Entertainment Media Research (recherche loisir et média) au Royaume-Uni, portant sur les loisirs et la technologie. Le principe était d'analyser l'évolution des médias numériques dans les loisirs de nos voisins d'outre-Manche.

L'enquête commençait par des questions générales afin de connaître les préférences en matière de loisirs praticables à la maison de nos amis Anglais. Puis virent des questions plus ciblées sur l'utilisation ou non des médias numériques, et enfin on a cherché à savoir si les nouvelles technologies pourraient remplacer les anciens supports. C'est à dire par exemple si internet pouvait remplacer la radio ou la TV.

La balance semble pencher du côté des médias numériques excepté dans un domaine. Le livre ! Eh oui, les habitants de Grande-Bretagne ne sont pas décidés à se séparer de leurs livres papiers et des bibliothèques qu'ils emplissent. 53 % des sondés déclarent qu'ils ne voudraient « jamais » ou bien qu'ils « détesteraient » avoir à cesser d'utiliser des livres, alors que 24 % trouveraient la situation « inconfortable ».

À la question de l'attirance qu'exercent les eBooks là encore les Britanniques sont catégoriques puisque 61 %des sondés estiment que ceux-ci sont peu ou pas du tout attirant contre 39 % (forcément hé hé) de l'avis contraire.

Une bonne nouvelle pour les libraires et les maisons d'édition d'outre-Manche, le livre papier est donc loin de disparaître, et fait encore vibrer fort le coeur des enfants de Sheakespear. Serait-ce une nouvelle alarmante pour les fabricants de lecteurs numériques tels que Cybook ou Amazon ? Il ne faudrait pas oublier de nuancer ces chiffres.

Cette enquête établit un état des lieux intéressant mais le secteur de l’ebook est tout jeune, les lecteurs restent chers, tous les livres ne sont pas disponibles au téléchargement, et la plupart des utilisateurs ne s'est pas encore familliarisé avec ces engins. On obtiendra certainement des résultats bien différents lorsque le marché se sera développé et démocratisé.