Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les archives d'Amazing Stories, premier pulp de science fiction

Victor De Sepausy - 22.07.2017

Edition - International - Amazing Stories archives - magazine science fiction - archives SF magazine


Fondé en avril 1926, par Hugo Gernsback, alors directeur de la rédaction, le magazine Amazing Stories aura vécu près de 80 ans. Couvertures dévastatrices, voire lubriques et criardes et papier de médiocre qualité, Amazing Stories incarnait le pulp dans toute sa splendeur. Au départ, ce furent des histoires de scientifiction, romances scientifiques, qui sont publiées. Mais ensuite…



 

 

D’origine luxembourgeoise, et américain, Gernsback avait déjà tranché dans le vif les grandes contrariétés contemporaines, en proposant à ses lecteurs de (re)lire Wells, Verne ou encore Poe. Selon lui, ces auteurs appartenaient au genre, en étant les précurseurs de la science-fiction. Au lancement, le directeur a déjà la charge de Modern Electrics, un autre magazine porté sur la science et les inventions — les histoires de SF alors publiées sont plutôt prisées des lecteurs. Lui-même inventeur, il a compté 80 brevets déposés à son actif.

 

L’apparition d’Amazing Stories devient alors une révélation, s’inscrivant parfaitement dans l’air du temps. Mais avec la Grande Dépression qu’amplifiera encore le krach boursier du 24 octobre 1929, la société de Gernsback, Experimenter Publishing Company, se retrouva en faillite et lui est alors contraint de vendre Amazing Stories. 
 

Plusieurs propriétaires se succéderont, jusqu’à Ziff Davis en 1938, qui place alors Raymond A. Palmer à la direction. Le succès commercial est alors au rendez-vous, mais les histoires, à cette période, laissent le lectorat plutôt sceptique : comment ça, il existerait des races extraterrestres intelligentes ? Peu crédibles, voire douteux, estime-t-on.
 

Le paléo-futur : quand la science-fiction, en littérature, prédit l’avenir

 

Après le rachat de Fantastic Adventures, plutôt dédié à la fantasy, Ziff Davis va déployer un nouveau champ de parutions, et en 1980, les deux parutions fusionnent. En 2000, Amazing Stories doit s’arrêter, relancé en 2004 par Paizo Publishing, mais pour une année à peine : en avril 2005, c’est la fin définitive d’Amazing Stories.

Cela dit, en 2012, l'éditeur Steve Davidson avait mis en place une initiativer permettant de récupérer les numéros des magazines en format PDF, garantissant qu'ils seraient prochainement disponibles en EPUB ou MOBI. Pas rtop de nouvelles depuis, toutefois.
 

<

>


 

Gernsback, lui, meurt en août 1963, à l’âge de 83 ans, dans la ville de New York. Il aura laissé à la postérité cette parution extraordinaire pour l’époque, et une série de livres qui n’auront pas vraiment marqué l’histoire. En revanche, l’un des plus prestigieux prix de science-fiction, avec le Nebula, porte son prénom, le Prix Hugo.
 

Le Pulp Magazines Project fait revivre un medium culte du XXe siècle


Il en fut certes à l’origine dans les années 30, et recevra en 1960 un prix spécial pour sa contribution à la culture SF, saluant par là même son travail d’éditeur. Après avoir vendu Amazon Stories, il fonda en effet Science Wonder Stories, dont seuls 12 numéros furent publiés en 1929, mais dont le numéro #1 contient la première occurrence du terme science-fiction. 

 

On pourra retrouver une partie de cette somme sur le site d’archives.org. On pourra également découvrir la piètre qualité de ces magazines, ci-dessous.