Les correspondances de Doris Lessing et consorts dévoilées par une université britannique 

Clémence Chouvelon - 07.08.2015

Edition - International - Archives - Université East Anglia - auteurs


L'université d'East Anglia, située à Norwich en Angleterre et célèbre pour ses cours d'écriture créative, va dévoiler une partie de ses archives à ses étudiants, mais également au grand public. Des archives particulières puisqu'il s'agit de correspondances privées et de notes de grands écrivains comme Doris Lessing, J. D. Salinger  ou W. G. Sebald​. 

 

University of East Anglia, UEA Norwich

.Martin. CC BY-ND 2.0

 

Ces archives regorgent de précieux conseils pour écrivains en herbe. Christopher Bigsby, professeur des études américaines de l'Université, a déclaré que ces documents « éclairent énormément le processus d'écriture, comment un roman se meut d'une idée à un produit fini, grâce aux brouillons, aux correspondances avec des agents ou d'autres écrivains. » 

 

Parmi les pièces notables, la correspondance et les notes de Doris Lessing, conservées dans 60 boîtes, révélant ses frustrations d'écrivain ou ses relations amoureuses. L'auteure a longtemps, sans y parvenir, cherché à écrire un roman policier. « J'ai pensé écrire une histoire de détectives totalement originale, d'un homme qui a découvert un cadavre sur son tapis, puis découvre à la dernière page qu'il l'avait lui-même fait assassiner », écrit-elle à John Whitehorn, en 1948. « Hélas, j'ai compris que cela avait déjà été écrit. »

 

Et les étudiants pourront également se délecter des conseils laissés à la jeune Doris Lessing par l'agente littéraire Margaret Macpherson. « Ne vous prenez pas pour une prima donna avant d'en devenir une », écrivait l'agent, près de 60 ans avant que Lessing remporte le prix Nobel en 2007. « Un seul livre amateur et médiocre peut briser une carrière, de même, un seul bon livre peut vous lancer. Je serais désolée de vous voir gâcher vos chances maintenant. »

 

Il est possible de consulter une partie de la correspondance de Lessing, mise en ligne par son fonds littéraire. En plus de ces croustillantes parts de vie d'auteur, des extraits de correspondances d'auteurs contemporains récompensés par divers prix littéraires comme Naomi Alderman (Mauvais genre, Éditions de l’Olivier, 2011) ou Tash Aw (Le tristement célèbre Johnny Lim, Robert Laffont, 2006) feront également partie de la collection.

 

Ainsi que plus de 300 entretiens avec des auteurs étant intervenus lors de festivals organisés par l'Université, comme Margaret Atwood (La Servante écarlate, Robert Laffont, 1987), Salman Rushdie (Les Versets sataniques, Pocket, 2000) ou Ali Smith (La Loi de l’accident, Éditions de l’Olivier, 2007).

 

(via Eastern Daily Press, The Guardian