Les Arènes dans la fosse au lion pour les lettres de Saint Exupéry

Clément Solym - 17.10.2008

Edition - Justice - arènes - fosse - lion


Les héritiers réclamaient 100.000 € à un éditeur qui aurait outrepassé ses droits en publiant des lettres de Saint-Exupéry, qu'il tenait de Consuelo. Tout le monde riait sous cape d'une attaque aussi basse, mais voilà... le tribunal a donné raison aux plaignants.

Pas à 100 % cependant, puisque seuls 50.000 € de dommages-intérêts seront pris en compte concernant le livre paru en 2005 et vendu à 8500 exemplaires. C'est en vertu du droit moral bafoué, estiment les héritiers, que cette somme leur revient.

Jamais Saint Exupéry n'aurait accepté que ces lettres soient publiées, considèrent-ils. En outre, l'éditeur paiera également 7000 € de frais de justice, entretien des robes d'avocat, pressing, et divers...

Pourtant, Me Vincent Toledano n'a pas manqué de faire valoir que Gallimard, sans le citer, avait fait paraître le mois dernier des lettres également sans accord préalable.

Rien n'y a fait, les neveux l'emportent, parce qu'« en reproduisant 51 oeuvres originales inédites d'Antoine de Saint-Exupéry, sans solliciter préalablement l'accord des consorts Giraud d'Agay, [l'éditeur a ] porté atteinte au droit de divulgation post mortem dont ces derniers sont titulaires ».

Contactée, la maison n'a pas souhaité faire de commentaires.